•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En première ligne de la pandémie : une urgentologue infectée témoigne

Un médecin marchant dans un corridor d'hôpital.

Le ministère de la Santé a confirmé que 177 travailleurs du réseau avaient contracté la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada

En première ligne face à la pandémie de la COVID-19 au Québec, des employés du milieu de la santé tombent eux aussi malades. C’est le cas de l’urgentologue Mélissa Ranger, hospitalisée à l’Hôpital Charles-Le Moyne, à Longueuil. Témoignage.

En entrevue à 24/60, la Dre Ranger a expliqué être plutôt stable depuis son admission à l’hôpital.

Ça se développe vraiment beaucoup comme une grippe, raconte celle pour qui des douleurs à la poitrine l’ont finalement contrainte à consulter des collègues qui ont confirmé un diagnostic de COVID-19.

C’est sûr que ça fait peur. Je suis la littérature scientifique et, comme tout le monde, les médias. On sait comment ça peut dégénérer, explique la Dre Ranger.

Elle n’est pas la seule dans cette situation. L'attaché de presse de la ministre de la Santé, Danielle McCann, a confirmé à Radio-Canada que 177 travailleurs de la santé ont contracté la COVID-19.

COVID-19 : témoignage d'une urgentologue infectée

Depuis son hospitalisation, la Dre Ranger participe également à l’étude clinique pilotée par le Centre de recherche de l’Institut de cardiologie de Montréal qui s’intéresse à l’efficacité de la colchicine pour traiter les symptômes de détresse respiratoire causés par la COVID-19.

Comme urgentologue, on pense toujours au pire scénario. Le cerveau s’arrête un peu à ça, explique-t-elle. Est-ce que je vais être l’exception?

Questionnée sur les craintes de pénurie de matériel dans les hôpitaux de la province, notamment pour les masques N95, la Dre Ranger se veut rassurante.

On savait que ça pouvait arriver. Des plans d’urgence existaient déjà dans les hôpitaux. On a cependant été surpris de voir que les réserves [de matériel] baissaient aussi vite, raconte-t-elle. Il y a beaucoup de plans B qui se mettent de l’avant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Société