•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les personnes handicapées à domicile craignent d'être oubliées

Robert Labrecque reçoit l'aide de son préposé David pour prendre le repas du midi

Photo : Radio-Canada / Alexandre Duval

Même si elles ne contractent pas la COVID-19, des personnes handicapées qui vivent à domicile craignent d'en devenir les victimes collatérales au Québec. Les conditions de travail des préposés qui les assistent doivent être améliorées sur-le-champ, sans quoi elles redoutent de les perdre.

Robert Labrecque a 63 ans et est atteint d'amyotrophie musculaire spinale. Il a besoin d'aide quotidienne pour son hygiène, ses trois repas et le ménage. Je ne fais presque plus rien tout seul, résume-t-il simplement.

S'il vit toujours chez lui, dans son appartement de Québec, c'est grâce au chèque emploi-service. Ce programme du gouvernement québécois lui donne droit à 52 heures de service à domicile chaque semaine. Plus de 12 000 personnes en bénéficient dans la province.

La particularité du chèque emploi-service est qu'il permet à la personne handicapée de devenir employeur. C'est M. Labrecque lui-même qui embauche ses préposés et leur indique quelles sont les tâches à accomplir.

Un préposé à domicile met de la vaisselle au lave-vaisselle

David travaille une dizaine d'heures par semaine comme préposé chez Robert Labrecque

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Le problème : le salaire

Il emploie donc une dizaine de personnes, majoritairement des étudiants, qui l'accompagnent dans son quotidien. Le problème, c'est le salaire : il ne peut leur offrir que 15,16 $ l'heure.

À l'heure où la COVID-19 force le gouvernement fédéral à lancer sa Prestation canadienne d'urgence de 2000 $ par mois et le gouvernement provincial à prolonger des primes pour les préposés qui travaillent en CHSLD, M. Labrecque a peur de perdre ses anges gardiens.

Ce que je crains, c'est qu'il y ait une coupure de services. Si les gens sont recrutés par l'État pour travailler soit dans des CHSLD ou les hôpitaux, ces gens-là vont travailler probablement aux alentours de 20 $ l'heure.

Robert Labrecque, bénéficiaire du chèque emploi-service
Robert Labrecque reçoit 52 heures de services à domicile par semaine avec le chèque emploi-service

Robert Labrecque reçoit 52 heures de services à domicile par semaine avec le chèque emploi-service

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

12 millions de dollars de plus

Ses peurs sont partagées par le CAPVISH, un organisme qui défend les intérêts des personnes qui vivent avec une incapacité. La COVID-19 évidemment n'aide pas à recruter [des préposés à domicile], selon le directeur général Dominique Salgado.

Au contraire, les gens fuient ce corps de métier. On le ressent sur le terrain, ajoute-t-il.

Pour éviter que les préposés à domicile délaissent leurs obligations en temps de crise, M. Salgado demande au gouvernement du Québec d'augmenter leur salaire de 2 $ l'heure. La mesure coûterait 12 millions de dollars par année au trésor public, estime-t-il.

Une telle hausse pourrait éviter que certains préposés migrent vers les CHSLD. Cela pourrait aussi en dissuader certains d'essayer de toucher la Prestation canadienne d'urgence, qui a un effet pervers, selon lui.

Certains préposés nous disent tout simplement "je ne vois pas pourquoi je mettrais ma propre vie en danger alors que je risque de toucher un peu plus même avec cette mesure d'urgence".

Dominique Salgado, directeur général du CAPVISH

La protection

L'autre enjeu majeur au temps du coronavirus est celui du matériel de protection. Même dans le réseau public, on craint des pénuries. À titre de bénéficiaire du chèque emploi-service, c'est M. Labrecque lui-même qui fournit les gants, par exemple, à ses préposés.

Quand la pandémie a commencé, j'ai réussi à m'en procurer, dit-il. J'en ai quand même pour un mois et demi, mais après ça, je vais en manquer! Mes employés ont besoin de protection.

Le directeur du Regroupement des organismes de personnes handicapées de la région 03 (ROP03) sait que la situation est critique, mais il demande aux pouvoirs publics de prendre aussi en compte la réalité des personnes handicapées à domicile.

On risque de manquer de matériel en milieu hospitalier. Quelle est la chance que la personne en ait à domicile? Poser la question, c'est y répondre, illustre Olivier Collomb d'Eyrames.

On parle crûment de personnes qui se font nettoyer les parties intimes et qui estiment qu'une paire de gants, c'est le minimum à avoir et qu'ils n'auront plus accès à ce matériel! Ça, ça nous préoccupe énormément.

Olivier Collomb d'Eyrames, directeur du ROP03
Olivier Collomb d'Eyrames, directeur du ROP03

Olivier Collomb d'Eyrames, directeur du ROP03

Photo : Radio-Canada

M. Labrecque n'a qu'un message à lancer au gouvernement Legault : les personnes comme lui ne doivent pas être oubliées au moment où une pandémie sévit partout sur la planète.

On est peu visible, on fait partie d'une minorité invisible et on le voit d'année en année, malgré les promesses électorales d'augmenter les salaires des préposés [...] on est oublié!, dit-il avec regret.

Olivier Collomb d'Eyrames est encore plus cinglant; il ne digérerait pas que des ruptures de services surviennent pour cette partie de la population.

La COVID-19 est terrible, mais il y a des personnes dont la condition physique peut les amener à développer des infections. Les gens ne veulent pas plus mourir de la COVID que de plaies de lit!

Olivier Collomb d'Eyrames, directeur du ROP03

En analyse

Au cabinet de la ministre de la Santé, Danielle McCann, on indique que la question du chèque emploi-service est en analyse, actuellement.

Notre priorité est de maintenir les services essentiels pour les plus vulnérables, indique son attaché de presse, Alexandre Lahaie.

Il tient à rassurer les bénéficiaires du chèque emploi-service que, peu importe la situation, ils ne seront pas laissés à eux-mêmes.

S'il devait y avoir des bris de service, on s'assurera que les CLSC ou des partenaires des CLSC soient en charge de la continuité des services, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé

Politique