•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La solidarité sur les réseaux sociaux au temps de la COVID-19

Une fenêtre avec des oiseaux peints aux couleurs de l'arc-en-ciel.

Plus de deux semaines après sa création, une page Facebook de solidarité compte déjà plus de 2450 membres.

Photo : Radio-Canada

Des membres du réseau social Facebook ont créé des pages qui diffusent des messages sur le soutien communautaire pendant le confinement dû à la pandémie.

Ces lieux virtuels sont rapidement devenus des forums d’entraide importants pour de nombreuses personnes. C’est le cas notamment de Solidarité La Matanie-COVID-19. (Nouvelle fenêtre)

La page Facebook privée créée il y a une quinzaine de jours par Denis Secret, un résident de la Matanie, a vite suscité l’intérêt.

L’idée principale, explique M. Secret, était d’échanger avec quelques personnes sur ce qu’on vit actuellement et de centraliser de l’information intéressante, mais surtout vérifiée parce qu’on sait que sur Facebook et les réseaux sociaux, il y a beaucoup d’informations et on se mélange beaucoup là-dedans.

Plus 2400 personnes échangent maintenant des informations, des conseils, des réflexions qui vont de la présentation des nouvelles procédures d’accueil des clients d’une pharmacie aux conseils pour les parents qui sont en confinement avec leurs enfants en passant par la référence de balados ou l’horaire de livraison des épiceries.

Une photo de la page Facebook de Solidarité La Matanie-COVOD-19

La page rassemble différentes informations sur les services offerts pour permettre aux gens de demeurer à la maison.

Photo : Courtoisie Page facebook Solidarité La Matanie-COVOD-19

Des gens proposent de promener des animaux de compagnie pour ceux qui sont en quarantaine.

D’autres proposent de faire l’épicerie pour des personnes âgées. Des commerçants locaux offrent des livraisons à domicile.

Ce sont tous ces gens qui se mobilisent pour rendre service aux autres qui caractérisent la page, souligne Denis Secret. Les gens y vont vraiment avec les publications qui les touchent et on voit que les gens qui ne se connaissent pas interagissent entre eux, il y a de l’aide qui est proposée. Il y a un esprit communautaire qui se crée ou qui sort encore plus que d’habitude. Il y a des gens qui sont prêts à offrir des services à des inconnus sachant qu’on reste sur le même territoire.

Il y a beaucoup du côté humain qui ressort. Moi, en créant le groupe, je ne m’attendais pas à grand-chose, mais il y a beaucoup de positif qui ressort de là.

Une citation de :Denis Secret, administrateur de la page Facebook, Solidarité La Matanie-COVID-19

Le groupe privé s’adresse aux résidents de la Matanie. On est invité par les gens qui sont sur le groupe ou on peut demander à être ajouté comme membres.

Faux profils s’abstenir. On est trois à surveiller ce qui se passe, ce qui se dit. Je fais des rappels assez fréquents. Je mise beaucoup sur le respect, la tolérance, la compréhension.

Arcs-en-ciel et photos

Le groupe a rassemblé sur Google Maps toutes les adresses des maisons et bâtiments de la Matanie qui affichaient un arc-en-ciel.

Un arc-en-ciel et l'inscription ''ça va bien aller''.

Partout dans le monde, l'arc-en-ciel est devenu un symbole d'espoir face à la crise du coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Ce chemin des arcs-en-ciel permet de parcourir la Matanie en visitant toutes ces adresses une à une, indique M. Secret. On est rendu à plus de 280 adresses avec des arcs-en-ciel. On a fait un album et on a quasiment 200 photos avec des arcs-en-ciel. C’est vraiment toute la communauté qui veut que ça se passe bien, qui veut de l’espoir et du positif.

Denis Secret espère qu’après la pandémie, les gens sauront conserver ce rapprochement communautaire qui, paradoxalement, survient à un moment où la distanciation physique est la règle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !