•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En route vers un déficit, le RTC appelle à l'aide

Usagers autobus RTC, réseau de transport de la Capitale

Avec la pandémie, les autobus du RTC ne sont plus autant fréquenté qu'avant.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Si les mesures de confinement devaient s'étirer jusqu'à l'été, les pertes de revenus du Réseau de transport de la Capitale (RTC) pourraient approcher les 20 millions de dollars. Le RTC réclame donc une aide d'urgence de la part des paliers de gouvernement supérieurs.

De lever le flag tout de suite, je pense que ce n’est pas prématuré, plaide le président du RTC, Rémy Normand.

Selon lui, la baisse d’achalandage enregistrée à la fin du mois de mars a privé le Réseau de transport de la Capitale d’environ 1,5 million de dollars.

Or, le non-renouvellement de plusieurs laissez-passer mensuels fera encore plus mal en avril.

Les pertes nettes sont estimées à 6 millions de dollars par mois d’ici la fin de la crise.

On va avoir des problèmes d’entrée de fonds éventuellement.

Rémy Normand, président du Réseau de transport de la Capitale

Un déficit peut être reporté à l’année suivante, mais tôt ou tard, le manque à gagner devra être comblé.

Aide d’urgence réclamée

Rémy Normand rappelle que la contribution des usagers couvre environ le tiers du budget de fonctionnement du RTC, qui atteint 238 millions de dollars en 2020.

Un peu plus de la moitié du financement provient de la Ville de Québec, le reste du gouvernement provincial.

Rémy Normand prend la parole lors d’une commission parlementaire.

Le président du RTC, Rémy Normand

Photo : Radio-Canada

Rémy Normand croit que l’aide doit venir des paliers de gouvernement supérieurs à l’heure où le transport collectif fait partie de la solution pour contrer les changements climatiques.

On leur demande de réfléchir à ça parce qu’on vit une situation exceptionnelle.

Rémy Normand, président du Réseau de transport de la Capitale

Preuve que la crise plombe les budgets de l’ensemble des sociétés de transport du pays, l’Association canadienne du transport urbain (ACTU) réclame une aide d’urgence de plus d’un milliard de dollars d’Ottawa dans ce dossier.

Le gouvernement Trudeau prudent

Interpellé par Radio-Canada, le cabinet de la ministre de l’Infrastructure, Catherine McKenna, se dit sensible aux problèmes des sociétés de transport.

Un contact direct a même été établi avec l’ACTU.

Nous sommes conscients des préoccupations concernant les coûts opérationnels permanents pour les fournisseurs locaux de services de transport en commun, qui sont actuellement sous-utilisés, répond par courriel Chantalle Aubertin, attachée de presse de la ministre McKenna.

Elle précise cependant que les coûts d’exploitation ne sont pas admissibles actuellement dans le cadre des programmes d'Infrastructure Canada.

Au cabinet du ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, le dossier est sous analyse.

Il est trop tôt pour se prononcer sur les moyens à mettre en oeuvre face aux enjeux des sociétés de transport, plaide Florence Plourde, attachée de presse du ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale