•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une série de premières pour la SOPFEU en 2020

Un pompier forestier arrose un feu de forêt.

Un pompier forestier de l'Abitibi-Témiscamingue au travail à l'évé 2019.

Photo : gracieuseté SOPFEU/William Huberdeau

2020 est une année de premières pour les pompiers de la Société de protection des forêts contre le feu.

Après avoir prêté main-forte à leurs collègues en Australie, les pompiers forestiers de la SOPFEU sont de retour en fonction en pleine période de pandémie. Ils doivent à leur tour mettre en place de nouvelles méthodes pour leur propre protection.

La saison des feux de forêt débute officiellement le 1er avril au Québec. Certains pompiers de la SOPFEU avaient déjà repris le travail plus tôt cette année.

Pour l’Australie, c’était la première fois qu’on était déployé dans ce pays-là et surtout à une période où nos pompiers ne sont pas au travail de façon générale. Nos gens travaillent de façon saisonnière et là il a fallu effectuer des rappels au travail sur une base volontaire et on a eu beaucoup plus de volontaires que la demande de l’Australie l’exigeait, souligne le coordonnateur de la prévention et des communications, Stéphane Caron.

De nouvelles méthodes de travail

En raison de la COVID-19, le nombre de pompiers dans les bases du Québec sera diminué et certains devront attendre à la maison. Les pompiers seront moins nombreux lors des transports et les équipements seront aussi davantage désinfectés.

Vous comprendrez qu’on ne peut pas donner un camion à chaque pompier, et quand on se déplace en hélicoptère, ce n’est pas très grand un hélicoptère, mais on n’a pas le choix, soutient Stéphane Caron.

Deux avions à deux hélices

Deux avions de type « Canadair » utilisés par la SOPFEU

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Lors de certaines sorties, les pompiers ont l’habitude de dormir dans des camps forestiers.

Habituellement, ils vont partager leur chambre 2 par 2. Cette année, c’est impossible, affirme Stéphane Caron. Pour maintenir des mesures de distanciation sociale, on va coucher les gens une seule personne par chambre. Ça amène une difficulté. Si c’est un petit feu, ce n’est pas si mal, mais un grand feu avec 150 pompiers, ça devient plus difficile à gérer.

Cette semaine, les pompiers forestiers sont appelés un à un pour connaître leur état de santé. Dans certaines régions, des pompiers sont déjà en place, alors qu’en Abitibi-Témiscamingue, ils se rendront à la base de Val-d’Or dans la semaine du 6 avril.

Les feux de brûlage interdits

Pour diminuer les risques d’incendie, la SOPFEU ne délivrera pas de permis de brûlage industriel pour une période indéterminée. L’organisme invite aussi les municipalités du Québec à refuser de délivrer des permis de brûlage aux citoyens qui veulent brûler des rebuts ou des feuilles.

Le coordonnateur à la prévention et aux communications, Stéphane Caron, rappelle que 75 % des feux sont causés par des activités humaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Feux de forêt