•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rappeur « Die-On » condamné à 5 ans de prison

Portrait de Christian Dionne, un homme dans la trentaine au crâne rasé et aux yeux bruns.

Christian Dionne était recherché en lien avec le démantèlement d’un réseau de trafic de stupéfiants ayant eu lieu dans la région de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches.

Photo : Courtoisie / Sûreté du Québec

Après avoir échappé à la justice pendant des années, Christian Dionne a rapidement réglé son dossier criminel après être rentré de la Colombie où il vivait en exil; il passera cinq ans derrière les barreaux.

Revenu au pays en pleine crise sanitaire, le rappeur qui utilise le nom d'artiste Die-On a reconnu sa participation à un réseau de trafiquants de drogues, mercredi après-midi, au palais de justice de Québec.

La poursuite et la défense s'étaient accordées pour proposer une peine de cinq ans de détention, que le juge a acceptée.

Dionne a écoulé des milliers de comprimés de méthamphétamine pour le compte d'une organisation criminelle, en 2014.

Après des mois de filature et d'écoute électronique, l'enquête avait mené à une frappe policière en 2015 alors que Dionne se trouvait à l'extérieur du pays.

Une dizaine de membres de l'organisation criminelle avaient été arrêtés et ont reçu leurs peines, pendant que Die-On se cachait au soleil.

Les cinq ans imposés à l'homme de 36 ans s'harmonisent avec les peines reçues par Dave Tardif et Cédric Champlain, deux autres ténors du réseau de trafiquants.

Il s'agit d'une première peine d'importance pour le rappeur. Dans le passé, Dionne n'avait jamais été condamné à plus de 90 jours de prison, pour des affaires de vols et des voies de fait.

Audience urgente

Avant d'accepter d'entendre la cause, le juge Steve Magan a dû statuer sur la façon qu'elle pouvait l'être en fonction des mesures d'urgence décrétées par le gouvernement.

Alors que le juge et la greffière se trouvaient dans la salle d'audience, les avocats ont procédé par conférence téléphonique.

Christian Dionne, lui, a participé par le biais d'une visioconférence depuis le Centre de détention de Québec.

En raison de l'importance de la peine qu'il a reçue, il sera maintenant transféré dans un pénitencier fédéral.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Québec

Justice