•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prestation canadienne d'urgence : le fédéral veut éviter les débordements

Bureaux de l'Agence du revenu du Canada, à Ottawa.

L'Agence du revenu du Canada sera responsable de la nouvelle aide d'urgence, appelée prestation canadienne d'urgence (PCU).

Photo : Reuters / Chris Wattie

La Presse canadienne

Le gouvernement fédéral met un système en place pour tenter de gérer les millions de demandes d'aide financière que soumettront dès lundi prochain les travailleurs canadiens affectés par la pandémie.

Le formulaire à remplir afin de faire une demande de prestation canadienne d'urgence (PCU) sera accessible le 6 avril sur le site web canada.ca/pcu-coronavirus (Nouvelle fenêtre).

Les citoyens qui n'ont pas déjà soumis une demande d'assurance-emploi pourront s'y inscrire, selon leur date de naissance.

Le 6 avril sera réservé aux personnes nées en janvier, février et mars. Le 7 avril, ce sera au tour de celles nées en avril, mai et juin. Le 8 avril, les Canadiens nés en juillet, août ou septembre pourront s'y inscrire. Le 9 avril, ce sont ceux nés en octobre, novembre et décembre qui y auront accès.

Le gouvernement recommande de choisir, si possible, les dépôts directs qui garantiront un versement en trois à cinq jours. Un chèque par la poste pourra arriver en 10 jours ou moins, assure-t-il.

Ottawa garantit l'accès à de l'aide par téléphone, par l'intermédiaire de Service Canada, pour les citoyens qui n'ont pas accès à un ordinateur.

En conférence de presse mercredi, la ministre fédérale de l'Emploi, Carla Qualtrough, a confirmé que 2,1 millions de demandes d'assurance-emploi avaient été reçues par le gouvernement fédéral.

La PCU représente 500 $ par semaine pendant un maximum de 16 semaines pour les Canadiens qui sont privés de revenu à cause de la pandémie du nouveau coronavirus.

Elle est destinée aux Canadiens qui ne sont pas employés d'une entreprise qui continue à les payer grâce à la subvention fédérale mise en place par Ottawa. Cette dernière est réservée aux entreprises ayant perdu plus de 30 % de leurs revenus et peut couvrir jusqu'à 75 % de leur masse salariale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique