•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Ottawa déboursera jusqu'à 71 milliards en subventions salariales

Bill Morneau lors d'une conférence de presse.

Le ministre canadien des Finances, Bill Morneau, demande aux entreprises d'être prêtes à réembaucher des employés.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a détaillé le plan de subvention salariale du gouvernement pour permettre aux entreprises touchées par la crise de la COVID-19 de garder leurs employés.

En vertu de ce programme, les entreprises qui ont subi des pertes « d’au moins 30 % de leurs revenus bruts pourront faire une demande de subvention au gouvernement fédéral. Ces pertes de revenus seront confirmées en fonction des chiffres à pareille date l’an passé.

Cette dernière peut s’élever à 75 % de la première tranche de 58 700 $ de chaque salaire. Ainsi, Ottawa pourrait verser jusqu’à 847 $ par semaine, par employé.

Ce programme sera disponible pour trois mois et les entreprises devront refaire une demande de subvention chaque mois.

Il s’agit d’un regain de confiance dont nous avons tous besoin en ce moment, a indiqué le ministre Morneau, qui était accompagné de ses collègues Navdeep Bains et Mary Ng.

Mon message pour les entreprises canadiennes est le suivant : soyez prêtes à réembaucher des employés.

Bill Morneau, ministre des Finances du Canada

Le ministre des Finances a confirmé que ce programme viserait toutes les entreprises, y compris les restaurants et les bars, les organismes à but non lucratif et les organismes de bienfaisance.

Il s’agit de la plus grande mesure économique de l’histoire du Canada, a déclaré M. Morneau qui estime que le coût de cette subvention salariale s’élève à 71 milliards de dollars.

Éviter des usages frauduleux

En contrepartie, les entreprises qui bénéficieront de cette subvention devront tout faire en leur pouvoir pour assurer le paiement du 25 % restant des salaires de ses employés.

Le ministre Morneau a également promis des conséquences graves pour les personnes qui voudraient utiliser ces fonds pour des raisons frauduleuses.

Le premier ministre Justin Trudeau a averti pour sa part les Canadiens qu'ils ne pourront pas bénéficier à la fois de cette subvention salariale et de la Prestation canadienne d'urgence (PCU) de 2000 $ par mois.

Le ministre Morneau a toutefois admis que tous ceux qui ont perdu leur emploi ou qui n'ont plus de revenus pourront soumettre une demande pour la PCU en attendant de recevoir leur salaire subventionné.

Dans un communiqué, le Syndicat des Métallos a exigé des règles plus strictes afin, justement, d'éviter que les employeurs ne détournent les fonds reçus ou abusent de ce système pour miner les droits des travailleurs.

Le syndicat demande entre autres qu'il n'y ait aucune mise à pied, ni de baisse de salaire, ni d'ouverture de la convention collective pendant la durée de ce programme. Les patrons et cadres ne devraient pas recevoir de bonis ni de compensations, selon les Métallos.

La subvention salariale du gouvernement fédéral sera rétroactive au 15 mars. Un portail sur le site web de l'Agence du revenu du Canada sera mis en ligne dans « trois à six semaines », a précisé le ministre.

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) déplore ces délais jugés trop longs.

Nous comprenons que la situation est exceptionnelle et que la mise en place d'un tel système peut représenter un défi, mais les entreprises ont besoin de liquidités dans un délai plus rapide que six semaines si elles veulent pouvoir maintenir le lien d'emploi avec leurs travailleurs qualifiés, a fait valoir à La Presse canadienne son président-directeur général, Charles Milliard.

Possible retour en Chambre à Ottawa

Afin d'approuver les nouvelles mesures d'aide annoncées par le gouvernement de Justin Trudeau, les députés pourraient être appelés prochainement à retourner à la Chambre des communes.

Les différents partis d'opposition ont été contactés pour déterminer une date. Les conservateurs et les bloquistes se sont dits prêts à collaborer avec le gouvernement libéral.

Mercredi matin, Andrew Scheer, chef par intérim du Parti conservateur, réclamait que les députés se penchent sur le plan d'aide fédéral de subventions aux salaires qui a changé depuis l'adoption, la semaine dernière, de la loi qui a mis en vigueur toute une série de mesures d'aide d'urgence.

Nous sommes prêts à coopérer [afin] d'assurer que les Canadiens vont avoir l'aide qu'ils méritent, qu'ils veulent, [dont] ils ont besoin, a-t-il dit.

Le programme de subvention ne devait couvrir initialement que 10 % des salaires et ne toucher que les petites entreprises.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !