•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sophie Brochu prend les rênes d'Hydro-Québec

Gros plan de Sophie Brochu.

Le gouvernement du Québec a choisi Sophie Brochu pour succéder à Éric Martel à la tête d’Hydro-Québec.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La Presse canadienne

Elle avait décliné la proposition une première fois lorsque Thierry Vandal avait quitté la tête d'Hydro-Québec en 2015, mais cette fois-ci, Sophie Brochu ne pouvait dire non lorsqu'on lui a offert le poste de présidente-directrice générale de la société d'État.

La gestionnaire âgée de 57 ans, bien connue dans le monde des affaires et pressentie parmi les personnes susceptibles de succéder à Éric Martel, a été nommée par le gouvernement Legault, mercredi, à la tête d'Hydro-Québec. Elle devient du même coup la première femme à occuper cette fonction.

Au cours d'une entrevue téléphonique, Mme Brochu a expliqué que le contexte actuel était bien différent par rapport à celui de son premier refus. Elle tablait alors sur un plan stratégique visant notamment à préparer la relève chez Énergir, dont elle a quitté la présidence à la fin de 2019.

Quand j'ai vu que M. Martel quittait et que l'on entrait dans une période trouble [en raison de la pandémie de COVID-19], c'était impossible pour moi de demeurer sur les lignes de côté, a-t-elle raconté.

Mme Brochu entrera officiellement en fonction lundi, alors que M. Martel, après un seul mandat, retournera chez son ancien employeur Bombardier, où il remplacera le président et chef de la direction Alain Bellemare, au moment où la société s'apprête à se concentrer uniquement sur le secteur des jets d'affaires.

L'ancienne dirigeante d'Énergir a reconnu que les choses se sont bousculées rapidement après l'annonce du départ de M. Martel, le 11 mars dernier.

Quand j'ai quitté Énergir, je ne convoitais pas la direction de cette organisation, a confié Mme Brochu. Mon cœur a procédé en une nuit.

Mme Brochu s'était jointe à Énergir en 1997, alors que la société portait le nom de Gaz Métropolitain. Elle y jouait alors le rôle de vice-présidente au développement des affaires. Elle a ensuite occupé divers postes pour finalement obtenir, en 2007, celui de présidente et chef de la direction.

Chez Hydro-Québec, elle prend la relève de M. Martel alors que la société d'État tente d'écouler ses surplus sur les marchés étrangers.

Sans s'avancer précisément sur les premiers gestes qu'elle compte poser, Mme Brochu a signalé qu'elle souhaitait qu'Hydro-Québec contribue au rebond de l'économie québécoise une fois la crise actuelle terminée.

Quand les cartes sont brassées, si on est à l'affût, il y a des occasions qui se présentent, a-t-elle dit. Il existe un plan stratégique et il faudra voir comment, si le [nouveau contexte] fait en sorte qu'il faudra retirer des initiatives ou en ajouter. On devra faire preuve d'agilité comme jamais.

Un bon choix

L'ex-dirigeante d'Énergir est bien connue dans l'industrie énergétique nord-américaine. Sous sa gouverne, l'entreprise a mis la main sur Green Mountain Power, le principal distributeur d'électricité du Vermont, en plus de se lancer dans la production d'énergie éolienne et solaire.

S'il a de bons mots pour le bilan de M. Martel, Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal, a tout de même estimé que l'arrivée de Mme Brochu constituait une excellente nouvelle.

C'est une très bonne chose pour l'intégration des sources d'énergie, a dit le spécialiste au cours d'un entretien téléphonique. C'est important de comprendre pour le Québec que l'électrification constitue un secteur d'avenir, mais qu'on ne pourra pas tout miser sur cela. Il faudra aussi miser sur d'autres sources d'énergie pour avoir une complémentarité.

Selon M. Pineau, dans l'immédiat, le principal défi de Mme Brochu consiste à apprivoiser le contexte politique dans lequel œuvre Hydro-Québec, puisqu'il s'agit d'une société d'État fréquemment interpellée par les différents partis.

Titulaire d'un baccalauréat en génie électrique de l'Université Laval, M. Martel avait proposé un ambitieux plan de croissance visant à doubler les revenus et profits de la société d'État d'ici 2030. Son plus récent plan stratégique gardait le cap sur la cible de profits de 5,2 milliards de dollars, mais l'objectif de générer des revenus d'environ 27 milliards de dollars avait été mis de côté.

De plus, Éric Martel souhaitait voir Hydro-Québec retourner à l'international par l'entremise d'acquisitions à l'étranger, mais cela ne s'est pas concrétisé. Néanmoins, la société d'État a décroché un important contrat d'exportation avec le Massachusetts, en plus de conclure une entente avec le Nouveau-Brunswick.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Énergie

Économie