•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La télémédecine en temps de pandémie, un baume pour les Saskatchewanais

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une consultation médicale par vidéo

Depuis le début de la crise du coronavirus, plus de 1700 patients ont rejoint la plateforme de télémédecine Lumeca.

Photo : CBC

La plateforme de télémédecine Lumeca, une initiative saskatchewanaise, ne dérougit pas. En pleine crise de la COVID-19, un nombre accru de patients préfère les consultations médicales en ligne aux visites en cliniques. Et pour les professionnels de la santé, les bénéfices sont nombreux.

Soulager la pression sur la ligne 811 et le système de santé, voilà l’un des avantages de la télémédecine, explique d’emblée la docteur Jacqueline Bucko.

La médecin de famille s’est associée à Lumeca il y a plus d’un an. Elle rencontre virtuellement des patients depuis.

À partir d’une application mobile, les Saskatchewanais peuvent consulter un médecin. Il suffit d’avoir une carte d’assurance maladie pour y avoir accès. Les frais de 35$ sont alors couverts par la province.

Comme à la clinique, une infirmière évalue d’abord le patient, puis procède au triage selon l’urgence de son cas.

La Dr Jacqueline Bucko.

Selon la Dr Bucko, la télémédecine allège le fardeau sur la ligne 811 et permet de ne pas surcharger les salles d'urgence.

Photo : Radio-Canada

À partir d’appels vidéo et d’un clavardage, je peux voir le patient, évaluer s’il est en détresse ou s’il a des blessures, indique la Dr Bucko.

Faire un diagnostic est possible, dit-elle, bien que certaines choses ne peuvent tout simplement pas être évaluées en ligne.

En demande croissante

Depuis le début de la crise du coronavirus, le nombre d’inscriptions a monté en flèche. À preuve, plus de 1700 patients ont rejoint Lumeca depuis le 19 mars.

La demande est telle qu’une dizaine de médecins ont dû être ajoutés à l’équipe, souligne Jacqueline Bucko. Avant nous étions trois, maintenant nous sommes 17. C’est en changement tous les jours, mais notre volume est très élevé depuis le début de la pandémie, explique-t-elle.

Quoi de neuf, docteur?

La Dr Ginger Ruddy, qui pratique la médecine familiale à Saskatoon, fait des consultations par téléphone depuis le 13 mars en raison de la pandémie. D’ici la semaine prochaine, l’option vidéo sera également possible à sa clinique.

La Dr Ginger Ruddy.

La Dr Ruddy estime que la télémédecine est essentielle en ces temps de pandémie. Elle la qualifie ni plus ni moins d’un « besoin » en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada

Elle explique que la meilleure chose avec la télémédecine est la diminution du nombre de patients dans les salles d’attente.

Avoir beaucoup de personnes dans la clinique, ce n’est pas sécuritaire. On a beaucoup de patients qui ont le diabète ou un cancer et qui prennent des médicaments qui causent des changements dans leur capacité de lutter contre les infections.

Ginger Ruddy, médecin de famille

Pour les parents avec des jeunes enfants, les Saskatchewanais qui habitent dans les régions éloignées, ceux qui n’ont pas de voiture ou qui sont à mobilité réduite, la télémédecine est d'autant plus importante, rappelle-t-elle.

Dr Ruddy estime elle aussi que la télémédecine est essentielle en ces temps de pandémie. Elle la qualifie ni plus ni moins d’un besoin en Saskatchewan.

Une plateforme de télémédecine provinciale

Même si les initiatives se multiplient, la télémédecine est encore une pratique peu courante au Canada. Au Québec et au Manitoba, par exemple, elle a récemment fait son entrée dans le système de santé.

La Saskatchewan a quant à elle lancé sa plateforme, qui s’appelle Telehealth, il y a plusieurs années déjà. Avec une forte population rurale, l’accès à un médecin de famille peut s’avérer complexe, raison pour laquelle la province a mis le service en place.

Les patients peuvent consulter des médecins généralistes, mais aussi des spécialistes comme des oncologues, des neurologues et des chirurgiens.

Pour y avoir accès, cependant, il faut se rendre à un site désigné. La Saskatchewan en compte 345, qui sont répartis dans 134 communautés.

Les services de Telehealth pourraient bientôt être élargis pour accommoder les gens confinés à la maison, confirme un porte-parole, bien qu’aucun détail supplémentaire n’a encore été communiqué.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !