•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'industrie pétrolière en Alberta réduit sa production et commence à licencier

Des travailleurs du secteur pétrolier en Alberta.

Des travailleurs du secteur pétrolier en Alberta.

Photo : Associated Press

Radio-Canada

Jusqu'à présent, malgré des annonces de réductions de dépenses et de baisse salariale pour les cadres, l'industrie pétrolière en Alberta n'avait pas encore réagi massivement à la crise de la COVID-19 et à la guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie. Les entreprises commencent maintenant à réduire la production de pétrole et à licencier des travailleurs.

Le pétrole de l'Alberta se vendant à moins de 4 $ US le baril ces derniers jours, et certaines entreprises telles que Bonterra Energy et Athabasca Oil se voient forcées de réduire leur production de pétrole.

Bonterra Energy a diminué sa production et s'attend à une réduction totale d'environ 20 %, selon le PDG, George Fink, dans une interview accordée à CBC/Radio-Canada.

La société a déjà suspendu le versement des dividendes pour les actionnaires et réduit considérablement le montant des dépenses en capital qu'elle prévoyait pour cette année.

Nous ne dépenserons rien et nous diminuerons les volumes de production.

George Fink, PDG de Bonterra Energy

Bonterra Energy produit généralement du brut qui se vend au meilleur prix, selon son PDG. Sa valeur est calquée sur le West Texas Intermediate (WTI), la référence nord-américaine.

WTI s'est vendu récemment à environ 20 $U S le baril.

George Fink a vu de nombreux ralentissements au cours de sa carrière dans le secteur pétrolier, mais celui-ci est le pire, d’après lui.

La société Athabasca Oil réduit également sa production de pétrole sur son site d’Hangingstone, l'une de ses installations de sables bitumineux.

Vue aérienne du site à Hangingstone.

Athabasca Oil réduit de 50 % la production de son exploitation de sables bitumineux de Hangingstone.

Photo : Athabasca Oil

La société a réduit sa production d'environ 50 % pour maximiser la liquidité des entreprises, selon un communiqué.

Husky Energy a réduit ses dépenses en capital de 900 millions de dollars cette année et réduit ou arrête la production non rentable, là où ses flux de trésorerie sont négatifs, selon le porte-parole de l'entreprise, Kim Guttormson.

Aucune baisse de production n'a en revanche encore été annoncée à Cenovus Energy, bien que la porte-parole, Sonja Franklin, ait déclaré : Nous examinons tous les aspects de nos activités, y compris la production.

Réduction des services et licenciements

Autre moyen de répondre à la baisse des prix : réduire ses dépenses en capital, ce qui veut dire une diminution du secteur des services ou encore des licenciements.

Le Groupe Mullen, par exemple, spécialisé dans les services de transport, a commencé à réduire ses effectifs. Il prévoit le licenciement à court terme d'environ la moitié de ses 6100 employés.

Nous avons une situation de type Armageddon.

Murray Mullen, PDG du Groupe Mullen, spécialisé dans les services de transport

Il y a généralement des licenciements saisonniers durant cette période de l'année dans les zones pétrolifères pendant une période appelée « débâcle printanière », lorsque le sol dégèle et qu'il est souvent trop difficile de travailler, mais compte tenu de la chute des prix du pétrole, certains craignent que ces emplois ne reviennent pas.

Murray Mullen s'attend à ce que davantage de pétrolières réduisent leur production, les prix démontrant actuellement peu de signes d'amélioration.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Industrie pétrolière