•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick prolonge l'état d'urgence de 14 jours

Jennifer Russell en entrevue devant un drapeau du Nouveau-Brunswick.

Dre Jennifer Russell

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick prolonge l'état d'urgence de 14 jours et les autorités de santé recensent maintenant 81 cas de coronavirus. Onze tests positifs se sont ajoutés au total provincial en date de mercredi.

Les 11 personnes déclarées positives habitent dans les régions de Moncton, Saint-Jean, Fredericton et Campbellton.

À l'heure actuelle, il n'y a toujours aucun cas déclaré dans les régions de Bathurst, de la Péninsule acadienne et de Miramichi, mais des rumeurs voulant qu'une personne ait reçu un test de dépistage positif à Caraquet ont circulé, mercredi soir. Selon nos vérifications, il est impossible pour le moment de confirmer cette information. Le maire de Caraquet, Kevin Haché, voit toutefois cela comme un signal d'alarme pour la population, parce que tout le monde peut être porteur de la COVID-19 et qu'il faut prendre ça au sérieux.

3 cas de transmission communautaire et 14 guérisons

Parmi les 81 cas confirmés dans la province, 43 ont voyagé à l’extérieur du Nouveau-Brunswick dans les 14 jours précédant l'apparition de symptômes. Par ailleurs, 22 personnes ont eu des contacts étroits avec ces 43 personnes qui ont voyagé et 3 personnes n'ont aucun antécédent de voyages ou de contact avec un cas confirmé, ce qui confirme la transmission communautaire.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, exhorte la population à suivre les directives de santé publique.

Vous devez nous aider à aplatir la courbe. Au cours des prochaines semaines, nous espérons constater que notre stratégie fonctionne et que nos sacrifices en valent la peine.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Jusqu'à présent, 14 personnes sont considérées comme guéries de la maladie.

Des règles plus strictes

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Le comité multipartite sur la COVID-19 et le Cabinet se sont entendus pour prolonger l’état d’urgence de 14 jours. D'ailleurs, le premier ministre Blaine Higgs durcit les règles de sécurité.

Violer une ordonnance sur les mesures d’urgence est illégal. Nous sommes prêts à faire tout ce qu’il faut pour protéger la sécurité des Néo-Brunswickois. Nous surveillons maintenant les espaces publics comme les plages et les parcs pour nous assurer que les gens respectent les règlements de distanciation physique et qu'ils ne se regroupent pas, déclare le premier ministre.

Nous installerons des barrières dans les espaces publics quand ce sera nécessaire et nous allons avoir des agents de sécurité sur place. C’est malheureux, mais c’est nécessaire.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Sécurité des travailleurs de la santé

La médecin hygiéniste en chef a indiqué qu’il est de plus en plus important de protéger ceux et celles qui nous protègent. Les médecins, le personnel infirmier, les travailleurs paramédicaux, les techniciens de laboratoire et une multitude d’autres employés du secteur de la santé travaillent avec acharnement, tous les jours, afin de nous protéger contre la propagation de ce virus et de fournir des soins aux gens qui tombent malades à cause de ce virus, déclare la Dre Russell.

Ils [les travailleurs de la santé] mettent leur vie en danger pour nous protéger, et ils méritent notre profonde gratitude.

Dre Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef

Blaine Higgs s’est dit heureux de l’annonce du fédéral concernant un investissement de 2 milliards en achat d’équipements de protection individuelle. Cela implique entre autres des trousses de dépistage, des ventilateurs, des gants, des désinfectants à main et des masques.

Il a tout de même précisé que l’approvisionnement en équipement de protection individuelle répond à la demande actuelle.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick rappelle l’importance d’utiliser l’équipement où l’on en a besoin, car en cas contraire, on court le risque de manquer d’équipement pour ceux qui en ont le plus besoin. Il a rappelé aux citoyens du Nouveau-Brunswick qu’on n’a pas besoin d’un garage rempli de masques.

Le milieu de la santé en constante évolution face à la COVID-19

Depuis le 13 mars, date à laquelle l’option de réserver des rendez-vous virtuels a été mise en place, la province indique que de 60 à 70 % des visites chez le médecin ont été converties en consultations à distance. Le premier ministre a déclaré en conférence de presse qu’il y a 50 % moins de visite dans les salles d’urgence de la province. Il y a aussi eu une diminution de 10 % des appels à Ambulance NB.

Du côté des foyers de soins, une nouvelle directive a été mise en place pour les employés de la santé qui doivent maintenant prendre leur température avant d’entrer dans l’établissement pour travailler.

Le bilan du coronavirus en Atlantique

En date du mercredi 1er avril, les provinces de l'Atlantique recensent 450 cas, soit 60 de plus que mardi.

Il y en a 173 en Nouvelle-Écosse, 81 au Nouveau-Brunswick, 175 à Terre-Neuve-et-Labrador et 21 à l'Île-du-Prince-Édouard.

Il s’agit d’une hausse de 15 % par rapport aux chiffres signalés par les quatre provinces mardi.

De plus, 24 personnes sont hospitalisées : 4 au Nouveau-Brunswick, 5 en Nouvelle-Écosse et 15 à Terre-Neuve-et-Labrador. Aucun cas n’a nécessité une hospitalisation jusqu’à présent à l’Île-du-Prince-Édouard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Coronavirus