•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ateliers de réparation de vélo sont maintenant jugés essentiels

Julien Roy répare un vélo dans sa boutique.

Le propriétaire des Vélos-Roy-O Julien Roy demandait justement que son industrie soit reconnue comme essentielle.

Photo : YouTube / @Québec Numérique

Les adeptes du vélo utilitaire et les ateliers de réparation ont finalement été entendus par le gouvernement du Québec. Les ateliers de réparation de vélo font maintenant partie de la liste des services essentiels qui peuvent demeurer ouverts au même titre que les entreprises de mécanique automobile.

La mesure ajoutée au décret est entrée en vigueur à midi, mercredi.

On est contents de la nouvelle. À midi, on a tourné la pancarte "Ouvert" comme on le faisait normalement. C’est un soulagement de savoir qu’on peut réparer les vélos de tout le monde qui nous appelaient et qui avaient besoin de nos services, affirme le propriétaire des Vélos-Roy-O, Julien Roy.

Il réclamait depuis plusieurs jours que son entreprise soit considérée comme un service essentiel.

Julien Roy avait même décidé d’ignorer la directive gouvernementale et de garder son atelier de réparation de vélo ouvert.

L’atelier a été fermé par la police après quelques jours d’activité.

Le propriétaire des Vélos-Roy-O, à Québec, Julien Roy, dans son commerce.

Le propriétaire des Vélos-Roy-O, à Québec, Julien Roy

Photo : YouTube / @Québec Numérique

Cette modification à la liste des services essentiels a été provoquée, entre autres, par la mobilisation des propriétaires d’ateliers de réparation, croit-il.

Dès qu’on a vu la liste, j’ai parlé avec plusieurs propriétaires autant de Québec que d’un peu partout dans la province. Ils n’étaient pas contents de ne pas pouvoir aider leur clientèle qui se déplace à vélo, les livreurs notamment. On a fait appel à nos députés régionaux et à l’Institut national de santé publique du Québec pour que les choses bougent, raconte Julien Roy.

Même s’il se dit satisfait, il considère que le gouvernement du Québec a tardé à agir.

C’est quand même décevant et surprenant qu’on ait attendu si longtemps. Les autres provinces ont rectifié le tir plus rapidement. L’Ontario a annoncé la fermeture des commerces non essentiels, et en 24 heures ils avaient rectifié le tir concernant les ateliers de vélos. Ç’a aussi été le cas dans plusieurs États américains, illustre Julien Roy.

Sur Twitter mercredi, le ministre des Transports François Bonnardel a publié un message affirmant qu'il s'agit d'une bonne nouvelle.

Rappelons que la vente de vélo en magasin demeure interdite, mais qu'elle se poursuit en ligne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Transports