•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La reprise des cours virtuels préoccupe au Cégep de la Gaspésie et des Îles

Vue de l'extérieur du campus de Gaspé du Cégep de la Gaspésie et des Îles

Le Cégep de la Gaspésie et des Îles, campus de Gaspé

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La présidente du Syndicat des enseignants du Cégep de la Gaspésie et des Îles, Isabelle Bisson-Carpentier, souligne que « les états d’esprit diffèrent d’un professeur à l'autre » en ce qui concerne la reprise progressive des cours dès le 6 avril.

Les enseignants des différents cégeps de la province imaginent toutes sortes de moyens de reprendre les cours comme le demande le gouvernement du Québec. Une tâche qui n’est pas simple dans le contexte de la pandémie de la COVID-19 où les regroupements sont impossibles.

Mme Bisson-Carpentier souligne que cette décision risque de créer des inégalités entre certains étudiants.

On se questionne beaucoup sur les inégalités potentielles qui peuvent découler de la situation actuelle parce que les professeurs travaillent fort depuis plusieurs jours pour imaginer des moyens de pouvoir reprendre les cours, mais dans certains cas, c’est tout simplement impossible.

Un prof qui est à la maison avec trois enfants, seul, à sa charge, ça devient un petit peu fou de penser reprendre les cours.

Isabelle Bisson-Carpentier, présidente du Syndicat des enseignants du Cégep de la Gaspésie et des Îles

Il y a des cours techniques pour lesquelles il n’y a tout simplement pas de solution, affirme-t-elle. Elle donne en exemple la formation de ski ou de kayak. Si ça ne se fait pas pendant la période d’hiver, ben c’est impossible à reprendre.

Elle ajoute aussi que les ordinateurs utilisés par les étudiants ne sont pas tous adaptés à l’enseignement à distance.

Cette décision cause de l’angoisse et du stress au personnel, mentionne Mme Bisson-Carpentier.

Cependant, elle souligne que chaque professeur s’adaptera malgré les circonstances. Les professeurs communiquent avec les étudiants pour envoyer soit des lectures, des travaux, des exercices, des visionnements à faire. Dans certains cas, il y aura des cours en ligne quand c'est possible, mais ça ne sera pas ça dans tous les cas. On est vraiment dans un mode où il y a que des cas particuliers.

La direction maintient le cap

La directrice générale du Cégep de la Gaspésie et des Îles, Yolaine Arseneau, souligne que l’équipe du Cégep planche depuis quelques jours à trouver des solutions pour enseigner malgré le confinement imposé par le gouvernement.

C’est sûr que l’un[e] d’e[lles] est la formation en ligne, mais il n’y a pas que la formation en ligne. Il pourrait y avoir par exemple, les travaux longs, des périodes d’échanges en ligne, des lectures, des travaux, souligne Mme Arseneau, alors chaque département en ce moment travaille en équipe pour revoir leur plan de cours.

Ce n’est pas simple comme organisation, mais on s’adapte en fonction de cette réalité-là, en fait la formation à distance peut comporter de nombreux moyens.

Yolaine Arseneau, directrice générale du Cégep de la Gaspésie et des Îles

La directrice assure également qu’il y aura des mesures d’assouplissement temporaires comme le demande le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

Selon Yolaine Arseneau, le calendrier scolaire devrait se terminer le 3 ou le 5 juin.

Écoutez ICI l'entrevue de la présidente du syndicat lors de l'émission Bon pied, bonne heure avec Isabelle Lévesque

Écoutez ICI l'entrevue de la directrice lors de l'émission Au cœur du monde avec Kim Bergeron.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !