•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec limite les déplacements pour quatre nouvelles régions

En agissant de la sorte, la santé publique croit pouvoir limiter davantage la propagation de la COVID-19.

Un barrage de la SQ sur une route en Gaspésie.

Les barrages policiers comme celui-ci, à la porte de la Gaspésie, seront de plus en plus fréquents au Québec.

Photo : Radio-Canada / Michel-Félix Tremblay

Le gouvernement Legault a décidé de resserrer les mesures visant à limiter les allées et venues en Outaouais, dans les Laurentides, dans Lanaudière et en Mauricie. Un arrêté ministériel (Nouvelle fenêtre) a été signé mercredi à cet effet.

En limitant ainsi les entrées et les sorties, les autorités de santé publique croient pouvoir limiter et prévenir davantage la propagation de la COVID-19.

Ainsi, des points de contrôle additionnels ont été déployés aux abords et à l'intérieur de quatre nouvelles régions, soit :

  • l'Outaouais;
  • les MRC d'Antoine-Labelle, d'Argenteuil, des Pays-d'en-Haut et des Laurentides;
  • les territoires d'Autray, de Joliette, de Matawinie et de Montcalm, dans Lanaudière;
  • l'agglomération de La Tuque, en Mauricie.

En ce qui a trait au confinement de l'Outaouais, la SQ travaillera avec le Service de police de la Ville de Gatineau et le Service de sécurité publique de la MRC des Collines-de-l'Outaouais afin de mettre en place des mesures communes pour limiter les déplacements qui seront contrôlés sur une base aléatoire, a-t-elle précisé par voie de communiqué.

Ainsi, des automobilistes pourront être interceptés sur les ponts qui relient Ottawa à Gatineau, mais il n'est pas question pour l'instant d'y installer des barrages de façon permanente.

Cette décision, difficile, mais nécessaire, a été prise sur recommandation de la santé publique, a expliqué sur Twitter le ministre responsable de la région de l'Outaouais, Mathieu Lacombe.

Déjà, des barrages routiers avaient été mis en place le 28 mars dernier pour limiter l'accès à huit régions du Québec.

On en retrouve également à la frontière du Nouveau-Brunswick, du Labrador, et aux limites de l'Ontario et de l'Abitibi-Témiscamingue.

De plus, des points de contrôle ont été mis en place à des endroits stratégiques le long de la frontière entre le Québec et les États-Unis afin de sensibiliser les voyageurs aux mesures gouvernementales actuelles.

Le ministère de la Sécurité publique demande à toute personne d'éviter de se déplacer d'une région à l'autre, sauf en cas de nécessité. Les déplacements devraient se limiter à des motifs médicaux ou de travail, dans un contexte où le télétravail n'est pas possible.

Le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, a précisé mercredi que ces interdictions de déplacements ne s'appliquaient toutefois pas aux parents séparés devant passer d'une région à une autre pour se partager la garde de leurs enfants. On doit respecter les ordres de cour, a-t-il souligné.

Carte montrant les différentes régions avec des points de contrôle, soit Le Bas-Saint-Laurent, l’Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord, le Nord-du-Québec, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, le Nunavik, les Terres-Cries-de-la-Baie-James, l'Outaouais et le Centre-du-Québec.

Des points de contrôles sont également en place dans les MRC d’Autray, de Joliette, de Matawinie et de Montcalm, d’Antoine-Labelle, d’Argenteuil, de Les-Pays-d’en-Haut et de Les Laurentides, ainsi que dans l'agglomération de La Tuque.

Photo : Radio-Canada / Francis Lamontagne

Par ailleurs, Transports Québec a annoncé mercredi un investissement de 40 millions de dollars afin d'assurer le transport aérien dans certains cas spécifiques, notamment pour le personnel affecté aux services essentiels dans les régions isolées.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Politique