•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mairesse Plante songe à fermer les parcs

« Si les règles ne sont pas respectées, on va devoir le faire », a déclaré la mairesse.

Des coureurs et des marcheurs sur un chemin asphalté réservé aux piétons, le long du parc La Fontaine.

Il y avait foule au parc La Fontaine lundi.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

La Ville de Montréal pourrait interdire l'accès à ses parcs si la population persistait à ignorer les recommandations de la santé publique en matière de distanciation sociale.

Inquiète de voir les Montréalais continuer à se rassembler malgré la pandémie de COVID-19, la mairesse Valérie Plante demande à ses concitoyens de résister à l'appel du beau temps et d'éviter de se donner rendez-vous dans les espaces verts.

La dernière chose que l’on souhaite, c’est de devoir les fermer, mais s'il le fallait, si les règles ne sont pas respectées, on va devoir le faire, évidemment, a-t-elle déclaré mercredi matin, lors de la séance hebdomadaire du comité exécutif.

L'image, retransmise par webdiffusion, était particulièrement forte : un seul élu était présent à la réunion. Le président du comité exécutif, Benoit Dorais, siégeait seul dans la salle Peter-McGill de l'édifice Lucien-Saulnier en compagnie de deux représentants du greffe. Tous les autres élus participaient à la séance par voie téléphonique.

Le président du comité exécutif, Benoit Dorais, et deux représentants du greffe autour d'une grande table..

La table du comité exécutif semblait encore plus grande que d'habitude, mercredi matin.

Photo : Ville de Montréal

Interrogé sur le sujet lors de sa conférence de presse quotidienne, mercredi, le premier ministre François Legault s'est dit en accord total avec Valérie Plante.

Ça n'a pas de bon sens de voir, par exemple hier, autant de personnes au parc La Fontaine être regroupées, près les unes des autres, a-t-il dit. Ça choque les citoyens.

Le message est de plus en plus clair pour les policiers : c'est nécessaire de commencer à donner des contraventions.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

Les agents du SPVM procèdent encore de manière graduelle, a expliqué à son tour la directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, mercredi : les policiers commencent par donner des avertissements, et les constats d'infraction ne sont distribués qu'en cas de dernier recours.

Pour l'instant, la santé publique de Montréal ne recommande pas de fermer les parcs de la métropole. Mais la situation pourrait changer si le message ne passe pas. De même, la Dre Drouin n'exclut pas de suggérer la fermeture de certaines artères si des regroupements étaient observés – ce qui n'est pas le cas actuellement, a-t-elle pris soin de préciser.

En date de mardi soir, on comptait 2097 cas confirmés de personnes ayant contracté la COVID-19 à Montréal, ainsi que 14 morts.

De manière géographique, le territoire couvert par le CIUSSS du Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal comptait près de deux fois plus de cas par 100 000 citoyens que tous les autres secteurs de l'île.

Cela dit, la santé publique n'envisage toujours pas de boucler certains secteurs en particulier, pas plus que d'isoler l'île de Montréal du reste du monde. Car ces mesures ne sont indiquées que lorsqu'on a un territoire où il n'y a pas de transmission communautaire et qu'on veut le protéger d'un autre territoire, a expliqué la Dre Drouin.

Néanmoins, ce n'est pas le cas de Montréal, a-t-elle rappelé. Pour presque tous les arrondissements de la Ville de Montréal, nous sommes en transmission communautaire.

Par ailleurs, la situation en périphérie de Montréal, à Laval et en Montérégie, se compare à celle de la métropole, a-t-elle ajouté, ce qui rendrait peu utile ce confinement.

Pour ralentir la propagation du coronavirus sur l'île, la santé publique adoptera une nouvelle approche, soit de demander aux propriétaires d'immeubles de logements et aux gestionnaires de tours de condos de renforcer leurs mesures d'hygiène.

Il leur sera également demandé d'avertir les autres occupants advenant la présence dans l'immeuble d'une personne ayant été déclarée positive à la suite d'un test de dépistage de la COVID-19.

Un protocole est en cours d'élaboration, a indiqué la Dre Drouin.

Il s'appliquera à toutes les propriétés où les occupants partagent des espaces communs, ne serait-ce qu'une cage d'escalier, un ascenseur ou un hall d'entrée.

Les propriétés où chaque occupant dispose d'une entrée propre devraient pour leur part être exclues du protocole.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !