•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Canola : la Chine et le Canada discutent du taux d'impureté

La Chine interdit toujours l'importation des produits du canola des entreprises Richardson International et Viterra.

Un champ de canola.

Un an après le début de la crise du canola entre le Canada et la Chine, les entreprises Richardson International et Viterra, deux joueurs importants de l'industrie canadienne du canola, sont empêchées d'exporter leurs produits en Chine.

Photo : Radio-Canada / Chloé Dioré de Périgny

Le Canada et la Chine ont eu des discussions lundi sur les règles de la Chine concernant le taux d'impureté permis dans les exportations de graines de canola, affirment le gouvernement de la Saskatchewan et le Conseil canadien du canola.

Mardi, un média a indiqué que la Chine avait levé ses restrictionsimposées aux exportations canadiennes de canola en mars 2019. Cependant, des sources officielles, dont le Conseil canadien de canola et le gouvernement de la Saskatchewan, démentent cette nouvelle.

À la suite d’un appel entre les responsables techniques, le gouvernement du Canada a indiqué avoir été informé qu’à compter du 1er avril la Chine permettra le maintien du commerce [actuel] des graines de canola, dont le taux d'impureté devra être de moins de 1 %, indique le gouvernement de la Saskatchewan dans un courriel à Radio-Canada.

En 2016, la Chine avait également cherché à faire baisser à moins de 1 % le taux d’impureté du canola accepté, alors que ce dernier s’élevait à 2,5 %.

Le Canada expédie environ 30 % des exportations normales de graines de canola vers la Chine depuis mars 2019, souligne le gouvernement de la Saskatchewan.

Le Conseil canadien du canola va dans le même sens en confirmant dans un communiqué de presse : Des responsables des gouvernements canadien et chinois ont eu un appel le 30 mars pour discuter du commerce des graines de canola.

La Chine a informé le Canada que la situation actuelle du commerce des graines de canola peut se poursuivre, ajoute l'organisme.

Le gouvernement de la Saskatchewan et le Conseil confirment également que deux entreprises canadiennes n’ont toujours pas retrouvé le droit d’expédier des graines de canola en Chine. C’est notamment le cas de Viterra, à Regina, et de l'entreprise Richardson International, qui est à Winnipeg.

En mars 2019, soit il y a un peu plus d’un an, la Chine a décidé de bloquer les importations canadiennes de canola. Ce geste a été interprété par plusieurs comme une mesure de représailles à la suite de l’arrestation par le Canada de Meng Wanzhou, la directrice financière du géant technologique chinois Huawei.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Saskatchewan

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Saskatchewan.