•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le souhait d’aplatir la courbe pour prolonger sa carrière

Patrick Lavoie en entrevue à Radio-Canada après un entraînement.

Patrick Lavoie a joué un seul match en 2019 à cause d'une blessure au dos (archives).

Photo : Radio-Canada

Parole de Patrick Lavoie, centre-arrière des Roughriders de la Saskatchewan, la décision de la Ligue canadienne de football (LCF) de reporter le coup d’envoi des camps prévu le 11 mai n’a rien de surprenant.

Attentif à l’actualité, le vétéran de huit saisons dans la LCF est bien au fait de la pandémie de la COVID-19, qui fait des ravages aux quatre coins du monde. Ce virus a annulé un grand nombre de manifestations, et le milieu sportif n’y a pas échappé.

Nous [les joueurs de la LCF, NDLR] nous attendions vraiment à ça, a avoué Patrick Lavoie avoué au micro de l’émission Pour faire un monde, ne cachant pas son souhait d'avoir une date fixe en tête. Pour l’instant, les camps ont simplement été remis à une date ultérieure.

Dans le contexte actuel, c’est difficile de prévoir quelle sera la situation dans deux ou trois semaines, poursuit celui qui a également porté les couleurs des Alouettes de Montréal et du Rouge et Noir d’Ottawa.

Un joueur de football avec un ballon entre les mains.

Malgré l'incertitude, Patrick Lavoie aborde la situation avec la sagesse d'un vétéran (archives).

Photo : Radio-Canada

Chaque semaine, les joueurs sont mis au courant des derniers développements par le biais de l’Association des joueurs de la Ligue canadienne de football (AJLCF), présidée depuis tout récemment par son coéquipier Solomon Elimimian, secondeur des Riders.

C’est tout un début de mandat pour lui. Disons qu’il va mériter son salaire!

Patrick Lavoie, des Roughriders, au sujet de Solomon Elimimian

Sur une note plus sérieuse, plusieurs questions demeurent en suspens pour les membres de l’AJLCF. L'une de celles-ci est de savoir si les joueurs recevront leur plein salaire malgré les annulations.

Dans ce cas-ci, le Québécois qui a rejoint les Roughriders en octobre 2018 ne croit pas qu’il recevra son plein salaire. Ce sera un sujet à discuter dans les négociations. J’imagine qu’on va trouver un prorata, mais tout le monde devra mettre de l’eau dans son vin pour qu’on ait une saison.

À ce sujet, le numéro 87 des Roughriders doute qu’il aura la chance d’enfiler son équipement en 2020.

J'en doute, honnêtement, à moins qu’on réussisse à aplatir la courbe. Je vois difficilement comment on pourrait regrouper 25 000 personnes dans un stade de football.

Patrick Lavoie, sur la possibilité de jouer en 2020

Si cette saison est annulée, on ne verra plus Patrick Lavoie sur la pelouse verte du Stade Mosaic de Regina, ou sur tout autre terrain professionnel. Il avait déjà décidé que la saison 2020 allait sonner le glas de son parcours de footballeur.

C’est un peu spécial, mais on contrôle ce que l’on peut contrôler. Une saison écourtée serait souhaitable, dit-il avec une sagesse qui traduit bien ses 32 ans.

Repêchage : les agents créatifs

De son côté, le directeur général du Vert et Blanc, Jeremy O’Day, avoue qu'il vit une situation unique en ce qui a trait au repêchage de la LCF, prévu le 30 avril prochain. La raison? Tous les camps d’évaluation ont été annulés en raison de la pandémie.

En temps normal, ceux-ci permettent aux dirigeants des neuf formations de voir les espoirs dans différentes situations : tests physiques, exercices un contre un, entrevues individuelles, etc.

Je peux vous dire une chose : les agents de joueurs sont vraiment créatifs.

Jeremy O'Day, directeur général des Roughriders

Nous avons reçu plusieurs vidéos des joueurs s’entraînant de la maison. Certains sur leur balcon, d’autres dans la salle de bain. Ils demandent à leurs parents, à leurs amis ou à leur copine de les filmer. J’ai même reçu des vidéos de joueurs qui montent sur leur pèse-personne , raconte le DG d'un ton incrédule.

Pour le reste, Jeremy O’Day dit être dans la même situation que tous les artisans de la LCF : il se prépare à tous les scénarios à l’égard du lancement des hostilités, et ce, peu importe le moment.

Jeremy O'Day lors de la conférence de presse pour annoncer sa nomination au poste de directeur général des Roughriders.

Jeremy O'Day a été nommé directeur général des Riders en janvier 2019 (archives).

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Avec les informations d’Olivier Daoust

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !