•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Premières Nations du Manitoba demandent un hôpital militaire

Le ministre de la Défense du Canada. Harjit Sajjan.

Les communautés de Cross Lake et de Norway House ont envoyé une lettre au ministre de la Défense du Canada, Harjit Sajjan.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Deux Premières Nations du Manitoba ont lancé un appel direct au ministre de la Défense, Harjit Sajjan, pour établir un hôpital militaire dans leur région en prévision d’une épidémie de COVID-19.

La communauté de Pimicikamak, aussi appelée Cross Lake, et la Nation crie de Norway House ont soumis une lettre lundi alors que le ministre de la Défense dévoilait son projet d’utiliser les ressources militaires en cas d'épidémie.

Les deux communautés, dont la population totalise près de 15 000 personnes, sont situées à près de 560 kilomètres au nord au Winnipeg. Elles estiment que le nouveau coronavirus finira par arriver chez elles maintenant que plusieurs cas ont été confirmés dans la capitale manitobaine.

Le chef de Pimicikamak, David Monias, souligne que sa communauté n'a pas l'hôpital qui a pourtant été promis de longue date. La communauté a décidé de prendre les devants pour se protéger du virus en fermant complètement ses frontières lundi.

Nous voulions nous assurer de demander cette aide parce que, par le passé, les gens de notre région n’ont pas reçu de bons services médicaux des gouvernements. Nous manquons de ressources dans nos communautés. Nous essayons d’être proactifs, explique David Monias.

Le ministre Sajjan indiquait pour sa part lundi que le corps militaire portait une attention particulière aux communautés reculées et à celles du Nord.

Le premier ministre Justin Trudeau est resté évasif sur la question lors de sa conférence de presse mardi.

Les hôpitaux de terrain sont une expertise des Forces armées canadiennes. Elles déterminent, et nous déterminerons tous comment nous pouvons aider au mieux, a-t-il répondu.

Un représentant du ministère de la Défense indique que la lettre a bien été reçue et est examinée. Il n’a cependant pas été en mesure de préciser si l’aide militaire serait limitée aux endroits où l’épidémie est confirmée ou si les déploiements pourraient être faits à titre préventif.

Une directive sur l’organisation militaire obtenue par CBC la semaine dernière stipulait qu’un comité interservices serait chargé d’évaluer les priorités.

Une troisième communauté, celle de la Première Nation Berens River, sur les rives du lac Winnipeg, a soumis pour sa part la proposition à l'armée d'utiliser son territoire comme point d’évacuation pour les communautés reculées.

David Monias estime que si le virus atteint les communautés du Nord, cela aura un effet dévastateur.

La députée néo-démocrate de Churchill-Keewatinook Aski, Niki Ashton, indique que les différentes communautés prennent des mesures responsables et préventives face à la COVID-19, mais qu’elles ont besoin du soutien de l’armée.

Nous devons les soutenir. Les gens sont inquiets, conclut Niki Ashton.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !