•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'usine Kruger à Brompton ferme à cause de la COVID-19

L'usine vue de l'autre côté de la rivière.

L'usine Kruger du district Brompton de Sherbrooke s'apprête à fermer ses portes temporairement pendant la crise de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Daniel Mailloux

Radio-Canada

Kruger Papiers de spécialité fermera son usine du district Brompton de Sherbrooke dès vendredi pour une durée indéterminée en raison de la diminution de la demande.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les conditions du marché se sont beaucoup détériorées, fait valoir Jean Majeau, vice-président principal aux affaires corporatives et communications de Kruger.

La pandémie de la COVID-19 a malheureusement accentué les conditions de marché qui n’étaient pas favorables pour l’usine de Brompton, explique M. Majeau.

La moitié de la production de l’usine était sur du papier journal, dont la baisse était de 13 % par année avant la pandémie. Après la pandémie, la demande s’est totalement effondrée et ça affecte très durement la rentabilité de l’usine de Brompton, poursuit-il.

C’est une hémorragie financière que nous subissions à l’usine de Brompton. Il fallait l'arrêter et prendre le temps de réévaluer toutes les options pour l’usine.

Jean Majeau, vice-président principal aux affaires corporatives et communications de Kruger

Explosion des coûts des matières premières

Avec la crise de la COVID-19, tous les coûts des matières premières ont explosé, souligne M. Majeau.

Elles sont plus rares et plus coûteuses. Autant pour le papier de spécialité que pour le papier journal. Il y a près de 50 % des scieries qui sont maintenant fermées au Québec. Les copeaux sont de plus en plus rares et de plus en plus coûteux. Les coûts de fabrication ont explosé, regrette-t-il.

L'avenir est encore incertain, selon Jean Majeau, qui explique que Kruger n'exclut pas la possibilité de convertir la machine qui fabrique actuellement le papier journal pour qu'elle traite le papier de spécialité. Pour ça, il faudra parler avec nos partenaires gouvernementaux. C'est seulement par la suite qu'on pourra prendre une décision éclairée, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Coronavirus