•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Î.-P.-É. veut éviter que des locataires se retrouvent à la rue

Immeuble à logements à Charlottetown

Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Bloyce Thompson, a demandé aux tribunaux d'interdire les évictions de locataires jusqu'à nouvel ordre.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

François Pierre Dufault

Alors que de nombreux résidents de l'Île-du-Prince-Édouard se retrouvent temporairement sans travail en raison de la pandémie de la COVID-19, le gouvernement provincial dit prendre des mesures pour éviter que les locataires se retrouvent à la rue.

Lundi, le ministre du Développement social et du Logement, Ernie Hudson, a annoncé une allocation temporaire d'aide au loyer de 1 million de dollars pour soutenir les locataires insulaires qui ont subi une perte de revenu inattendue en raison du coronavirus.

Les Insulaires ont été mis à pied ou ont vu leurs heures de travail considérablement réduites au cours des dernières semaines et, bien qu'un certain nombre de mesures de soutien aient été mises en place, beaucoup d'entre eux s'inquiètent de savoir comment ils pourront garder leur logement.

Ernie Hudson, ministre du Développement social et du Logement de l'Île-du-Prince-Édouard

Le ministre Hudson a aussi annoncé que la Société de logement communautaire de l'Île-du-Prince-Édouard prolonge son moratoire sur les expulsions jusqu'à la fin juin.

De son côté, le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Bloyce Thompson, a demandé aux tribunaux d'interdire les évictions de locataires jusqu'à nouvel ordre. La Commission de réglementation et d'appels de l'Île-du-Prince-Édouard, qui tranche les différends entre propriétaires et locataires, a suspendu ses audiences jusqu'à nouvel ordre.

Le ministre du Développement économique, Matthew MacKay, a quant à lui annoncé un nouveau programme de report des loyers commerciaux pour soutenir les petites et moyennes entreprises qui ont fermé leurs portes en raison des effets de la COVID-19.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Les propriétaires d'édifices commerciaux qui reportent jusqu'en juillet les paiements de leurs locataires pourraient être admissibles à une aide financière maximale de 50 000 $. Les locataires commerciaux incapables de payer leur loyer pourraient toucher jusqu'à 15 000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !