•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faire livrer ses emplettes par son épicier de quartier en temps de pandémie

Les caisses de la coopérative Alina.

La coopérative Alina offre un service de livraison d'épicerie en voiture et des menus de midi livrés à vélo.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Le nombre de livraisons à domicile a bondi chez des petites épiceries locales depuis le début de la pandémie. Alors que plusieurs citoyens utilisent le service offert par les épiceries grandes surfaces pour diminuer leurs déplacements, d’autres se tournent vers les commerces de quartier pour se procurer des aliments livrés directement chez eux.

Au Marché Claudin Malenfant à Rimouski, c’est maintenant une quinzaine de commandes qui sont livrées quotidiennement. Le copropriétaire du marché, Alcide Lagacé, indique qu’il y a deux semaines à peine, il ne livrait qu’une ou deux commandes par jour.

Ce qui est important là-dedans, c'est que les gens ne se déplacent pas. Qu'ils fassent leurs commandes [...] dans une grande surface ou pas, l'idée c'est de garder les gens chez eux.

Alcide Lagacé, copropriétaire du Marché Claudin Malendant à Rimouski
Alcide Lagacé sourit à la caméra, il est derrière le comptoir où il y a une caisse, dans son petit marché.

Le copropriétaire du marché Claudin Malenfant à Rimouski, Alcide Lagacé, dit que cette pandémie amène de nouvelles mesures sanitaires qui resteront implantées dans notre société.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Les clients doivent téléphoner au magasin pour indiquer leur commande. Alice Lagacé assure que si les clients passent leur commande le matin, ils la recevront l’avant-midi. Les délais sont les mêmes pour les commandes prises l’après-midi.

Petits plats maisons

Avec l’aide de bénévoles, la propriétaire du Marché Sainte-Luce à Sainte-Luce, Carole Baril, a pu instaurer la livraison des produits d’épiceries et de prêts-à-manger à domicile. Carole Baril dit encourager toutes les personnes qui entrent dans son marché à utiliser le service de livraison et à ne plus se présenter sur place.

Carole Baril est derrière son comptoir dans le Marché Sainte-Luce et regarde au loin, un crayon à la main.

Pour la propriétaire du Marché Sainte-Luce, Carole Baril, il est important que les personnes restent chez elles afin de limiter la propagation du virus.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Ce qu'on veut, c'est passer un bel été, tout le monde, sans soucis, mais là, faut faire des actes [en ce sens].

Carole Baril, propriétaire du Marché Sainte-Luce à Sainte-Luce

On fait de la nourriture prêt-à-manger avec nos recettes maison, lance-elle. Pour les gens qui veulent un peu moins de sel, qui veulent que ce soit vraiment comme des repas maison, et bien, ici c'est ça.

Contrairement aux épiceries grandes surfaces, aucun site web n’est à la disposition des clients afin de savoir ce qui est offert en magasin. Carole Baril accompagne donc ses clients dans leurs achats.

Quand la personne m'appelle [...] on fait le tour de l'épicerie avec la dame ou le monsieur au téléphone et on prend ce qu'il veut. On fait l'épicerie avec!

Carole Baril, propriétaire du Marché Sainte-Luce à Sainte-Luce
La façade du Marché Sainte-Luce.

Le Marché Sainte-Luce offre des livraisons d'aliments et de plats prêts-à-manger durant la pandémie de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Le Marché Sainte-Luce reçoit environ dix commandes de livraison par jour par téléphone. Celles-ci sont livrées en fin d’après-midi, juste avant l’heure du souper.

Livraison à vélo

La directrice générale de la Coopérative Alina à Rimouski, Judith Cloutier, explique que la façon de vendre les produits dans son magasin a beaucoup changé au cours des deux dernières semaines. En plus d’offrir un service de livraison par voiture tous les soirs, un service de menu-midi livré à vélo est également disponible.

Il y en a qui continuent de travailler, rappelle Judith Cloutier. Il y en a qui sont peut-être à la maison avec beaucoup d'enfants et ils ne savent peut-être pas quoi faire pour le menu du jour.

Pour le menu-midi livré à vélo, les clients doivent envoyer un courriel à la COOP avant 9 h 30, le matin même. Pour ce qui est des épiceries plus complètes, un courriel doit être envoyé avant 14 heures.

Le Farinographe va donner une baguette, leur sacrée bonne baguette, gratuitement avec toutes les livraisons.

Judith Cloutier, directrice générale de la Coopérative Alina à Rimouski
Un homme rempli un sac de produits en vrac.

Un commis est présent sur place pour servir les clients qui veulent se procurer les produits en vrac, afin d'éviter la manipulation des pelles et des contenants.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

La section en vrac de l’épicerie reste ouverte aux clients. Ceux-ci peuvent entrer dans la section, mais ne peuvent plus manipuler les pelles et les contenants. Un commis est sur place pour servir les produits en vrac. Les contenants personnels ne sont d'ailleurs plus acceptés. Les clients doivent donc mettre les produits en vrac dans des sacs en plastique.

Épiceries grande surface surchargées

Des épiceries grandes surfaces sont surchargées par les livraisons à domicile. Certaines demandent même aux citoyens de continuer à faire leur épicerie en magasin s'ils le peuvent et s’ils ne présentent pas un risque d’attraper ou de propager la COVID-19, afin de libérer le service de livraison pour ceux qui en ont besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Commerce