•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La France en ordre de bataille pour affronter l'épidémie

Des millions de masques supplémentaires seront produits, et un consortium composé de PSA, Air Liquide, Schneider Electric et Vaelo va fabriquer 10 000 respirateurs de plus d'ici mi-mai.

Gros plan du président Macron portant un bonnet et un masque.

Le président Macron n'a pas hésité à revêtir un bonnet et un masque pour visiter l'usine de Kolmi-Hopen, l'un des quatre gros producteurs français de masques. L'usine fonctionne 24 h sur 24 depuis le début de la crise.

Photo : Getty Images / AFP/LOIC VENANCE

Radio-Canada

La France se met en ordre de bataille pour se procurer des masques, des respirateurs et des trousses de dépistage de la COVID-19, qui a déjà fait plus de 3000 morts dans le pays et saturé les hôpitaux du pays.

Le président Emmanuel Macron a promis mardi que les grands fabricants traditionnels du pays produiront plus de 10 millions de masques par semaine d’ici fin avril, contre 3,3 millions avant l’épidémie.

D’autres grandes firmes, comme Michelin, Faurecia et Intermarché, mettront aussi l’épaule à la roue et pourront fabriquer ensemble 5 millions de masques par semaine.

La France a aussi commandé un milliard de masques et organisé un pont aérien avec la Chine, dont la première livraison de 8,5 millions est arrivée lundi avant une seconde livraison de 12 millions attendue mercredi.

Les besoins en masques sont évalués à 40 millions par semaine pour le personnel soignant et les établissements pour personnes âgées.

À lire aussi :

Des grandes compagnies à la rescousse

Le président Macron a aussi annoncé mardi la création d'un consortium composé de quatre grands groupes industriels – PSA, Air Liquide, Schneider Electric et Vaelo – pour fabriquer d'ici mi-mai 10 000 respirateurs artificiels supplémentaires.

L'agence Santé publique France va recevoir 4 milliards d'euros afin de financer les commandes en médicaments, respirateurs et masques, a précisé le chef de l’État.

Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne et retrouver une indépendance pleine et entière d’ici la fin de l’année, a plaidé M. Macron, reconnaissant la trop grande dépendance du pays aux importations de masques.

Le ministre français de la Santé, Olivier Véran, a pour sa part annoncé avoir passé des commandes pour bonifier considérablement la capacité de dépistage de la maladie, actuellement limité à 20 000 tests par jour.

Nous pourrons en utiliser 30 000 par jour à partir du mois d’avril et nous augmenterons jusqu’à 100 000 tests par jour d’ici les deux prochains mois, a-t-il dit à l’Assemblée nationale.

Un patient sur une civière.

Irresponsable de faire des procès à ce stade, dit Macron

La France compte plus de 44 000 cas de contamination à la COVID-19, dont 5000 sont actuellement aux soins intensifs, et le personnel médical en première ligne ne cesse de déplorer le manque de protections en France.

Le chef de l’État a cependant éludé la question de la responsabilité de l'exécutif, critiqué pour son manque de préparation face à la crise.

Quand on mène une bataille, on doit être unis pour la gagner et je pense que toutes celles et ceux qui cherchent déjà à faire des procès alors que nous n'avons pas gagné la guerre sont irresponsables.

Une citation de :Emmanuel Macron, président de la France

Le temps viendra de la responsabilité, ce temps viendra et il est légitime et démocratique et à ce moment-là la transparence complète devra être faite, a-t-il esquivé.

Mais j'appelle d'abord à la dignité et à l'esprit de responsabilité celles et ceux qui construisent des certitudes avec les connaissances d'aujourd'hui quand ça n'était pas celles d'hier.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et Le Monde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !