•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa investit 2 milliards dans l'achat d'équipements de protection individuelle

Justin Trudeau franchit le seuil de la porte de sa résidence.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau sort de sa résidence de Rideau Cottage à Ottawa, où il demeure en isolement. Il donne ses conférences de presse à quelques mètres de la porte.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Ottawa va investir 2 milliards de dollars dans l'achat de respirateurs artificiels, de tests de dépistage pour la COVID-19 et d'équipements de protection individuelle, comme des masques, des blouses et du désinfectant pour les mains.

C'est ce qu'a annoncé le premier ministre Justin Trudeau mardi, en plaidant pour que des entreprises d'ici produisent dorénavant ces équipements nécessaires pour la lutte contre le coronavirus.

La progression fulgurante de la maladie partout dans le monde fait en sorte qu'il est désormais difficile pour les gouvernements de se procurer tout ce matériel auprès d'entreprises étrangères.

Nous savons que la demande pour ces équipements et fournitures essentiels va augmenter dans les prochaines semaines, alors nous devons avoir un approvisionnement durable et stable, a dit le premier ministre.

C'est tellement important de créer une industrie qui va créer cet équipement, ici, à la maison, qu’on ait des chaînes d'approvisionnement entièrement au Canada. C’est exactement ce qu’on est en train de faire.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

À Québec, le premier ministre François Legault a indiqué mardi en conférence de presse que la province pourrait connaître des pénuries d'équipements de protection individuelle dans 3 à 7 jours.

Concrètement, l'argent sera versé à l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC). Elle recevra 1,5 milliard de dollars pour l'année en cours, et 500 millions pour la suivante. L'APSC doit notamment utiliser ces sommes pour faire des achats en vrac avec les provinces.

Deux infirmiers portant des gants, un masque et une jaquette parlent à deux femmes.

Une infirmière accueille des patients à une clinique de dépistage à Ottawa.

Photo : Reuters / Patrick Doyle

Des entreprises prêtes à fournir leur part d'efforts

Selon M. Trudeau, des lettres d'intention ont été signées avec cinq entreprises qui peuvent fabriquer le matériel recherché, soit Precision Biomonitoring, Fluid Energy Group Ltd, Irving Oil, Calko Group et Stanfield’s.

Le gouvernement fait tout ce qu'il peut pour que ces contributions se concrétisent et que de nouveaux équipements soient acheminés dans les hôpitaux, a dit M. Trudeau.

Mais on reconnaît que ça va prendre un peu de temps, probablement quelques semaines, avant que ce matériel arrive de nos manufacturiers canadiens, a-t-il aussitôt ajouté.

C’est pour ça qu’on continue d’accepter et de recevoir des envois de matériel de partout dans le monde, a-t-il précisé. Des diplomates participent à cet effort.

Les compagnies Thornhill Medical, Medicom et Spartan Bioscience, qui avaient déjà signé des lettres d'intention, ont quant à elles conclu des accords formels avec le gouvernement, a fait savoir Justin Trudeau.

Depuis que le gouvernement a mis en place son Plan canadien de mobilisation du secteur industriel pour lutter contre la COVID-19, il y a moins de deux semaines, 3000 entreprises ont approché le gouvernement, selon le premier ministre.

Le gouvernement canadien est en mode de mobilisation pratiquement de guerre. Nous mettons toute la puissance industrielle du Canada au service de la production des équipements dont les provinces et les territoires vont avoir besoin au cours des prochaines semaines.

Jean-Yves Duclos, président du Conseil du Trésor
Anita Anand parle dans un micro. Elle est assise devant des drapeaux canadiens.

La ministre fédérale des Services publics et de l'Approvisionnement, Anita Anand, en conférence de presse, mardi, à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Depuis le début de la crise, Ottawa a acheté 157 millions de masques chirurgicaux et 60 millions de masques respirateurs N95, a détaillé par la suite la ministre fédérale des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand.

Le gouvernement s'est aussi procuré 1570 respirateurs artificiels, et il cherche à en obtenir 4000 autres.

500 000 masques donnés par une firme chinoise

D'autres entreprises ont fait des dons d'équipements au gouvernement. La société chinoise Alibaba a par exemple envoyé 500 000 masques chirurgicaux et 100 000 tests de dépistage au Canada.

Le groupe COVID-19 Medical Support, qui regroupe notamment des professionnels de la santé, des ingénieurs et des entrepreneurs, tente en outre d'obtenir du matériel médical. Bombardier, 3M et MedTronic ont répondu à leur appel.

Toys'R'Us s'est pour sa part engagé à fournir des moniteurs pour bébés aux hôpitaux pour favoriser une meilleure communication entre patients et professionnels de la santé et réduire les déplacements inutiles dans les hôpitaux, a dit le premier ministre.

Selon le bureau de M. Trudeau, GM, Toyota, Ford, Magna, Linamar, Shell, Suncor et Home Depot ont aussi fait divers dons aux systèmes de santé.

Je veux remercier les nombreuses entreprises qui font un don, pour leur générosité et leur leadership.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

On compte plus de 8488 cas confirmés de COVID-19 au Canada et 98 décès dus à la maladie. Les provinces les plus touchées sont le Québec (4162 cas), l’Ontario (1985), la Colombie-Britannique (970) et l’Alberta (690).

Selon l'administratrice en chef de l'ASPC, la Dre Theresa Tam, quelque 236 000 tests de dépistage de la COVID-19 ont été administrés jusqu'ici au pays; 93 % se sont révélés négatifs, contre 3,5 % qui ont été positifs. Les autres sont en attente.

La COVID-19 est particulièrement dangereuse pour les personnes âgées, mais les adultes de moins de 40 ans représentent tout de même environ 10 % des hospitalisations au Canada, affirme la Dre Tam.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !