•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chargement de l’image

Le syndicat des employés du CHSLD confirme des cas positifs de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Claudie Simard

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un foyer d'éclosion de la COVID-19 se trouve au CHSLD LaSalle, où 11 résidents sont touchés et des membres du personnel ont été placés en quarantaine, confirme la FIQ-Syndicat des professionnelles en soins de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal. Des mesures ont été mises en place pour limiter la propagation.

Depuis quelques jours, c’est le branle-bas de combat au CHSLD LaSalle, qui héberge plus de 200 résidents. Des patients atteints de la COVID-19 ont été déplacés sur un seul étage et les accès au bâtiment sont surveillés.

C’est le CHSLD dans l’ouest où on retrouve le plus de cas confirmés de COVID-19, indique Johanne Riendeau, présidente de la FIQ-Syndicat des professionnelles en soins de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal. En date d’hier, on y comptait 11 cas positifs, 10 cas suspects en attente de confirmation du test, et un premier décès aujourd’hui. C’est une éclosion importante.

Le personnel doit présenter sa carte d’employé et le lavage des mains est obligatoire en entrant. L’utilisation des masques a également été clarifiée avec l’employeur.

La consigne n’était pas claire sur l’utilisation des masques de procédure et des masques N95 pour les cas sévères, explique la vice-présidente des relations de travail à la FIQ de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, Francine Sigouin. On leur demandait de porter le même masque quatre heures, de chambre en chambre. Dorénavant, elles ont un masque par cas positif.

Il faut dire que le CHSLD est situé dans l'arrondissement de LaSalle, l’un des quartiers où la COVID-19 est la plus présente, avec 66 cas confirmés, selon le bilan de la Direction régionale de santé publique de Montréal.

On compte également depuis vendredi trois cas confirmés au Centre d'hébergement Nazaire-Piché, à Lachine, ajoute Mme Riendeau.

Au CIUSSS de l’Ouest-de-l'Île-de-Montréal, un porte-parole confirme des résultats positifs aux tests de dépistage de la COVID-19.

Le CIUSSS s’assure d’offrir à ses patients et à ses employés un environnement sécuritaire et tient à rappeler l’importance de l’hygiène des mains et qu’il s’agit d’une responsabilité collective, ajoute-t-il.

La peur chez les infirmières

Un des facteurs de stress pour le personnel soignant, c’est l’accès au matériel de protection. Un sujet récurrent lors des conférences de presse du premier ministre du Québec, François Legault.

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) de l’Ouest compte plus de 3300 membres, surtout des infirmières.

On retrouve beaucoup d’inquiétude parmi notre personnel. Maintenant, c’est rendu de la peur, témoigne la présidente de la FIQ de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal. Il y en a qui pleurent dans leur voiture matin et soir. Elles ont peur pour leur famille. Certaines ont peur de mourir. Elles vivent de la détresse.

La situation est telle que, depuis lundi, l’ensemble des syndicats du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal ont des rencontres quotidiennes avec la PDG de l’établissement.

L’employeur fournit depuis peu l’uniforme là où des cas sont confirmés. Les travailleuses enceintes font l’objet d’un retrait préventif.

Des familles impatientes

De nombreuses familles ont écrit à Radio-Canada pour déplorer le peu d’informations à jour sur le CHSLD où habite leur proche, comme celui de LaSalle.

Nous n'avons jamais reçu d'informations de la part de la direction sur la situation et sur l'état de santé de ma mère, indique une femme qui préfère conserver l’anonymat. Nous devons téléphoner et avoir la chance d'obtenir une réponse par des connaissances ou des membres du personnel.

Une autre personne, dont un membre de la famille est hébergé au CHSLD LaSalle, affirme ne pas avoir d’information depuis plusieurs jours.

Les dernières nouvelles datent du 25 mars, raconte-t-elle. Avant, j’appelais à l’étage. Maintenant, je dois passer par la travailleuse sociale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !