•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les entrepreneurs saluent la décision du Manitoba de fermer les commerces non essentiels

Plan serré d'un écriteau sur une porte indiquant que le commerce est fermé.

Les bars, les restaurants et les salons de coiffure font partie des services non essentiels qui devront fermer leurs portes au Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Chambre de commerce du Manitoba et la Chambre de commerce francophone de Saint-Boniface saluent la décision du gouvernement provincial de fermer les commerces non essentiels au public pour 14 jours à compter du 1er  avril. Elles encouragent leurs membres à respecter les mesures prescrites par les autorités sanitaires et soulignent que la priorité présentement est la sécurité de tous.

La province a longuement discuté avec les organismes représentant les entrepreneurs afin de s’assurer de prendre les bonnes mesures au bon moment, selon la porte-parole de la Chambre de commerce du Manitoba, Karen Viveiros.

Le ministère de la Santé a communiqué beaucoup avec nous et on a vu que le nombre de cas de personnes infectées par la COVID-19 a vraiment augmenté durant la fin de semaine et nous n’étions pas surpris du tout de la décision de fermer les entreprises, dit-elle.

Elle rappelle que de nombreuses entreprises non essentielles avaient déjà fermé leur porte ou envisageaient de le faire dans les jours à venir. D’après elle, tous les entrepreneurs voient les ravages que le virus fait dans les autres pays et c’est la raison pour laquelle ils se montrent coopératifs malgré les coûts économiques que les mesures de préventions impliquent.

Les salons de coiffure et les gymnases avaient déjà pris la décision de fermer, dit-elle.

Cet avis est partagé par le président de la Chambre de commerce francophone de Saint-Boniface (CCSFB), Phillippe Richer, qui martèle que la priorité est la santé des Manitobains.

Optimisme

Phillippe Richer reconnaît que le doute plane dans l’esprit des responsables de petite entreprise et des jeunes entrepreneurs, mais il encourage l’optimisme.

Nous avons beaucoup de membres qui œuvrent dans le monde du tourisme et il y a de grandes inquiétudes pour eux, dit-il.

Plan moyen de Philippe Richer assis à son bureau.

Philippe Richer, avocat, président de l'étude Teffaine Labossière Richer et président de la Chambre de commerce francophone de Saint-Boniface.

Photo : Vincent Rességuier

Karen Viveiros conseille aux entreprises de penser à se réinventer en offrant d’autres types de services ou produit. Selon elle, la lutte contre la pandémie offre également différentes occasions d’affaires.

Elle cite en exemple une entreprise de fabrication de boisson locale qui a décidé de produire du gel hydroalcoolique en lieu et place de bière.

J’ai regardé dans la liste des entreprises et il y a vraiment beaucoup d’occasions [...] C’est important pour les gens de reconnaître qu’il y a des options, dit-elle.

La porte-parole indique que les chambres et commerces consacreront les prochains jours à essayer de trouver les réponses aux questions de leurs membres. Il est judicieux de s’assurer que les mesures compensatoires annoncées par Ottawa sont bien comprises et bien exploitées par les membres, croit-elle.

Appel à la population

Au-delà des aides qui viendront des différents niveaux de gouvernement, les deux responsables soulignent que les entreprises qui ferment ou qui réduisent leur production le temps de la crise auront besoin le temps du soutien des Manitoba.

Les responsables exhortent les Manitobains à consommer les produits locaux.

Même si on se retrouve confiné à la maison on doit quand même consommer les produits et possiblement des services. Je vous encourage de considérer l’option de l’achat local, c’est vital pour nos membres

Phillippe Richer, président, Chambre de commerce francophone de Saint-Boniface

Les commerces non essentiels de la province seront fermés au moins jusqu’au 14 avril.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !