•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l’interdépendance des communautés bordant la frontière Ontario-Québec

Un barrage routier de la Sûreté du Québec est installé à Témiscaming, près de la communauté ontarienne de Thorne.

Un barrage routier de la Sûreté du Québec est installé à Témiscaming, près de la communauté ontarienne de Thorne.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Radio-Canada

Les résidents de Thorne, une petite communauté ontarienne bordant la rivière des Outaouais, pourront se faire livrer leur épicerie depuis la municipalité québécoise de Témiscaming, malgré les points de contrôle limitant l’accès à la région de l’Abitibi-Témiscamingue.

Thorne compte environ 200 habitants et n’a pas d’épicerie ni de pharmacie.

Les résidents traversent donc souvent la rivière des Outaouais pour faire leurs emplettes à Témiscaming, au Québec.

Les points de contrôle de la Sûreté du Québec (SQ), installés samedi pour limiter la propagation de la COVID-19 dans certaines régions du Québec, ont forcé des résidents de Thorne à se rendre à North Bay, à 65 km de route, pour se ravitailler.

Le maire de Témiscaming, Yves Ouellet, raconte qu’il a discuté avec la Sûreté du Québec pour s’assurer que des livreurs d’épicerie puissent ravitailler les clients ontariens.

Déplacements jugés essentiels par la SQ :

  • Déplacement pour un emploi défini comme prioritaire par le gouvernement du Québec
  • Déplacement pour des raisons de santé
  • Déplacement pour des raisons humanitaires

J’ai rencontré le propriétaire du marché d’alimentation, ajoute M. Ouellet. Il m’a dit qu’ils vont faire des livraisons [de l’autre côté de la rivière].

M. Ouellet souligne que les deux communautés sont tissées serrées. [Les résidents de Thorne] sont à cinq minutes de Témiscaming. C’est eux pour lesquels je crois que ça a créé les plus gros problèmes.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Les consommateurs ne sont pas les seuls à être désavantagés par la situation.

Certains commerces qui offrent des services essentiels et qui se trouvent à Notre-Dame-du-Nord, une municipalité située à deux kilomètres de la frontière de l’Ontario, ressentent les contrecoups du contrôle des déplacements entre les provinces.

Un policier contrôle la circulation.

La Sûreté du Québec contrôle les déplacements sur la route 65 entre Nord-Dame-du-Nord et la frontière ontarienne.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Rachel Roy, qui possède un dépanneur et une station-service dans la ville, fait souvent des affaires avec des clients venus de l’Ontario, particulièrement pour l’achat de bière.

Ça fait une grosse différence. Et pas d’achalandage, on est obligés d’être ouverts quand même pour l’essence, qui est un service vraiment essentiel. Alors on fonctionne du mieux qu’on peut.

Rachel Roy

Afin de garder son entreprise à flot, Mme Roy devra mettre à pied la majorité de son personnel.

Avec les informations de Mathieu Grégoire et de Zacharie Routhier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Alimentation