•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Confusion aux barrages bas-laurentiens pour des travailleurs de la Santé

Des voitures arrêtées et un policier sur la route 132.

Des barrages routiers ont été mis en place aux frontières du Bas-Saint-Laurent samedi, en fin d'après-midi.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Radio-Canada

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent confirme que la mise en place de barrages pour contrôler l'accès à la région a suscité des problèmes pour des employés de l'organisation qui demeurent dans des régions limitrophes au Bas-Saint-Laurent.

Certains employés ont été appelés par le CISSS qui les informait qu'ils ne pouvaient pas se rendre au travail en raison de la mise en place debarrages routiers dans huit régions du Québec samedi, dont celle du Bas-Saint-Laurent.

Effectivement, il a eu de la confusion qui s'est produite [dimanche] soir. Surtout au niveau de l'installation du Kamouraska.

Une citation de :Cindie Soucy, présidente du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du Bas-Saint-Laurent

La présidente du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du Bas-Saint-Laurent, Cindie Soucy, résume ce que certains employés ont vécu.

Les gens ont reçu des appels, les salariés, tous professionnels confondus de la liste de rappel pour leur dire qu'étant donné qu'ils restaient en dehors de la limite du Bas-Saint-Laurent, ils ne pouvaient plus se présenter au travail pour une période de sept jours, soutient-elle.

Les urgences de l'hôpital de La Pocatière.

L'hôpital Notre-Dame-de-Fatima à La Pocatière, dans le Kamouraska.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Or, selon la porte-parole du CISSS, Ariane Doucet-Michaud qui a fait le point lundi à ce sujet, les employés du Centre intégré de santé et de services sociaux doivent se rendre au travail et ils peuvent le faire malgré la présence de barrages policiers.

Toutefois, elle spécifie que le CISSS travaille présentement à mettre en place un périmètre qui va déterminer quels employés pourront travailler dans ses installations situées près des frontières du Bas-Saint-Laurent.

Il est notamment question des hôpitaux de Pohénégamook, de La Pocatière et de Matane.

Le CISSS a aussi spécifié que la main-d'œuvre indépendante et les médecins dépanneurs provenant d'autres régions devront se placer en isolement pendant sept jours dans la région avant de commencer à y travailler.

Les paramètres entourant la mise en place de ces périmètres demeurent toutefois indéfinis.

Avec les informations d'Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !