•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des professionnels de l’Estrie créent un nouveau respirateur

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un homme avec un masque et des gants manipule un respirateur artificiel.

Michaël Sage avec le prototype de respirateur artificiel nommé BreatHere

Photo : YouTube BreatHere

Radio-Canada

Des professionnels multidisciplinaires de Sherbrooke ont créé un nouveau prototype de respirateur artificiel en moins de huit jours. Un respirateur qui pourrait répondre rapidement à la demande pendant la pandémie de COVID-19.

Un concours de la Fondation de l'Hôpital général de Montréal est à l’origine de la création de ce respirateur. L’objectif est de créer des appareils à faible coût pour parer à une possible pénurie en milieu hospitalier.

Une équipe d’une quarantaine de médecins, d'inhalothérapeutes, d'infirmiers cliniciens et d'étudiants des universités de Sherbrooke et Bishop’s s’est inscrite au concours. En moins de huit jours, ils sont parvenus à créer un respirateur fonctionnel, comme l’explique Michaël Sage, un étudiant au doctorat en physiologie à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke qui fait partie de cette équipe. Selon Michaël Sage, des milliers d’équipes à travers le monde se sont inscrites au concours, qui prend fin mardi.

La vocation du concours était de créer un ventilateur rapidement, avec des concepts simples et avec du matériel qui pouvait être disponible facilement au Québec.

Michaël Sage, finissant au doctorat en physiologie à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke

En fin de semaine dernière, des médecins et des inhalothérapeutes ont pu tester le nouveau respirateur sur un poumon artificiel. Les tests se sont faits dans les laboratoires du Cégep de Sherbrooke, un contexte très près de ce qu’on peut retrouver en clinique, explique Michaël Sage.

En attente d’homologation

Le groupe d’experts est déjà en contact avec les gouvernements provincial et fédéral pour obtenir les homologations nécessaires.

On croit qu’on a un prototype qui est très sécuritaire. On espère que ça se fera le plus rapidement possible, parce que la crise, elle est maintenant.

Michaël Sage, membre du groupe d'experts

Michaël Sage dit que la prochaine étape sera de raffiner le prototype. Plusieurs entreprises de la région ont aussi démontré leur intérêt à participer à la fabrication de pièces pour le respirateur artificiel. Selon lui, il serait alors possible de livrer 1000 respirateurs par semaine.

Ce prototype se vendrait en bas de 5000 $ ce qui est vraiment en deçà des respirateurs conventionnels qu’on retrouve sur le marché, assure M. Sage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !