•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention à ce message sur la période d’incubation de la COVID-19

Vous pouvez toujours sortir acheter du pain, malgré ce qu’affirme un message viral.

Deux versions d’une publication Facebook avec un avertissement. Le mot ATTENTION est écrit en majuscules sur l’image.

Une publication virale affirme que jusqu’au 3 avril, il ne faut sortir de chez soi sous aucun prétexte.

Photo :  Capture d’écran - Facebook

Une publication virale qui circule depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux affirme que du 23 mars au 3 avril, la crise de la COVID-19 atteindra un « stade d’infection maximale ». On affirme qu’il ne faudrait sortir de chez soi sous aucun prétexte. Une précaution exagérée, selon une épidémiologiste.

Au Canada, les infections déclarées par le coronavirus augmentent quotidiennement, avec une hausse plus marquée au Québec. Toutefois, selon ce qu’a expliqué le directeur de santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, dimanche, cette augmentation prononcée se situe quand même en deçà des projections.

La publication virale, dont on ignore l’auteur, affirme que du 23 mars au 3 avril, le nombre de cas positifs va augmenter de façon importante. D’autres versions affirment que la période visée est plutôt du 27 mars au 9 avril. 

Cette prédiction n’est pas totalement fausse, selon l’épidémiologiste Nimâ Machouf, de la Clinique du Quartier latin et chargée de cours à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. On est exactement dans la période de l’épidémie où le nombre de cas va être très important chaque jour, dit-elle.

Cette semaine, ça va être une semaine très difficile sur le moral de tout le monde, parce qu’on va voir le nombre de cas augmenter de beaucoup.

Nimâ Machouf, épidémiologiste

Toutefois, contrairement à ce qu’une des versions du message affirme, ce ne seront pas tous les cas d’infection qui apparaîtront durant cette période. Ce n’est pas tous les cas qui vont se manifester là. Il y a une période où les personnes qui sont infectées ne manifestent pas de symptômes, explique Mme Machouf. Ainsi, les personnes infectées aujourd’hui pourraient ne ressentir les premiers symptômes que d'ici deux semaines.

Malgré tout, Mme Machouf souligne qu’il faut rester optimiste. La courbe actuelle qu’on a, elle s’éloigne des pires prévisions, dit-elle.

C’est sûr que c’est beaucoup de nouveaux cas par jour qui sont diagnostiqués, mais on se distancie du pire scénario. Ça nous réconforte dans le fait que les mesures qu’on a prises le 13 mars [...] commencent à montrer leur effet.

Nimâ Machouf, épidémiologiste

Toujours possible d’aller à l’épicerie

La publication affirme en outre que, jusqu’au 3 avril, il ne faut sortir de la maison pour rien même pour aller chercher du pain, car le pire commence. Cette mise en garde est non fondée, selon Mme Machouf. 

Ça ne veut pas dire qu’il faut qu’on arrête de sortir de la maison ou qu’on arrête de vivre. On continue à faire exactement ce que la santé publique nous dit de faire depuis deux semaines, c’est-à-dire sortir uniquement pour des besoins essentiels et se laver les mains dès qu’on rentre à la maison.

Nimâ Machouf, épidémiologiste

En effet, les citoyens peuvent encore se déplacer, par exemple pour faire des courses ou pour aller au travail, à l’exception de ceux qui ont des symptômes de la COVID-19 ou de ceux qui sont revenus de voyage depuis moins de 14 jours.

Le même message en France et au Royaume-Uni

La publication affirme que le personnel qui travaille à l'hôpital souhaite que ce message soit diffusé à tous, sans jamais préciser de quel hôpital il s’agit. Certains des internautes qui ont envoyé cette publication aux Décrypteurs avaient entendu dire que cela émanait d'hôpitaux ou de médecins québécois, une rumeur sans fondement.

En effet, des messages presque identiques circulent également outre-mer, où ils ont été attribués à plusieurs hôpitaux de la France (Nouvelle fenêtre), ainsi qu’au National Health Service (NHS) du Royaume-Uni (Nouvelle fenêtre). Dans tous les cas, les autorités concernées ont démenti être les auteurs de ce message.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fausses nouvelles

Société