•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un faux sentiment de sécurité chez les Acadiens du nord du Nouveau-Brunswick

Denis Losier en entrevue dans son bureau

Le maire de Tracadie, Denis Losier, souhaite des mesures plus sévères pour contrer le coronavirus.

Photo : Radio-Canada

S'il n'en tenait qu'au maire de Tracadie, Denis Losier, les policiers s'occuperaient de disperser les personnes qui se rassemblent dans sa municipalité pour se prémunir du coronavirus.

En date du 30 mars, il n'y a – officiellement – aucun cas de COVID-19 dans la Péninsule acadienne, dans la région Chaleur et dans la région de Miramichi.

Je pense qu'au niveau de la province, il va falloir hausser le ton, imposer des mesures beaucoup plus strictes pour que les gens respectent des consignes pourtant assez simples, affirme-t-il. Comme municipalité, on n'a pas le pouvoir de faire agir la GRC pour imposer des mesures plus strictes.

Denis Losier, maire de la Municipalité régionale de Tracadie

Denis Losier, maire de la Municipalité régionale de Tracadie

Photo : Radio-Canada / René Landry

Et comment une force policière municipale agirait-elle sous la gouverne des élus de la Ville?

On n'a pas de cas de coronavirus; on n'en veut pas, dit-il. On fermerait peut-être les entrées de notre municipalité, un peu comme ils ont fait avec les barrages frontaliers entre les provinces. On demanderait à nos policiers d'aller voir où il y a des regroupements de personnes. Ils leur demanderaient de retourner à la maison. On demanderait des actions concrètes. Parfois, ce sont des citoyens qui prennent l'initiative de le faire et souvent ils se font ''ramasser'' par une personne qui revient de voyage et qui ne respecte pas la quarantaine.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Le maire Losier trouve la situation préoccupante et il se demande si le nombre de tests de dépistage est suffisant.

Selon lui, seulement deux approches sont possibles. Soit on attend que les statistiques augmentent pour intervenir ou on y va d'une approche vraiment préventive avec le dépistage.

Un faux sentiment de sécurité

Le maire de Bathurst, Paolo Fongemie, fait écho aux propos de son collègue de Tracadie.

Jour après jour, on défie les probabilités d'avoir des cas et ça donne un faux sentiment de sécurité, fait-il remarquer. La province vient de sortir les statistiques des tests par région. L' hypothèse, c'est que les gens dans le Nord téléphonent moins [au 811]. Mais, il faut comprendre que les critères de la province dans les dernières semaines, c'était de tester en priorité les gens qui avaient voyagé. Mais ça ne veut pas dire nécessairement que des personnes n'avaient pas des symptômes.

Le maire de Bathurst, Paolo Fongemie, assis à son bureau devant son ordinateur.

Le maire de Bathurst, Paolo Fongemie.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Selon lui, plusieurs personnes veulent suivre les directives à la lettre. Mais, il voit des choses qui le déçoivent.

Il y a quand même beaucoup de circulation sur nos routes. Dimanche dernier, je suis allé en ville pour signer des documents à l'édifice municipal. Ça faisait 11 jours que je n'étais pas sorti de ma résidence. Je voyais tout le trafic. On sait qu'il faisait beau et que les gens voulaient sortir. Cependant, on aggrave le risque d'avoir une contamination.

Il insiste pour dire que la population doit faire preuve de discipline et de rigueur en cette période trouble.

Le maire de Tracadie note aussi des comportements qu'il trouve inquiétants.

Ici, on voit je ne sais pas combien de monde dans les épiceries et dans les commandes à l'auto pour chercher un café, déplore Denis Losier. Il y a des gens qui vont aller chercher de petites quantités de choses à l'épicerie pour pouvoir y retourner chaque jour. C'est peut-être la seule façon de voir des gens, mais c'est aussi une bonne manière de permettre au virus de se propager.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !