•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'institut québécois d'IA mobilise des équipes de recherche pour lutter contre la pandémie

L’Institut québécois d’intelligence artificielle (Mila) souhaite contribuer à l'endiguement de la pandémie de COVID-19 en offrant à la communauté scientifique son expertise en apprentissage automatique et faciliter la collaboration entre les équipes de recherche scientifique canadiennes.

Un stethoscope jouxte un ordinateur et un téléphone sur une table.

La technologie et l'intelligence artificielle font partie des solutions aux problèmes d'accès aux soins de santé

Photo : CCO/Pexels

Radio-Canada

L’Institut québécois d’intelligence artificielle (Mila) souhaite contribuer à l'endiguement de la pandémie de COVID-19 en offrant à la communauté scientifique son expertise en apprentissage automatique.

La crise de la COVID-19 nous offre une motivation profonde à agir de manière solidaire et à travailler ensemble pour le bien commun, en collaborant avec l’unique objectif de sauver autant de vies que possible, explique le directeur scientifique de Mila, Yoshua Bengio.

Mila a lancé le site anglophone pancanadien IA Against COVID (Nouvelle fenêtre) pour rassembler des spécialistes en analyse de données, en apprentissage automatique, en immunologie, en virologie et en bio-informatique.

La collaboration a pour but d’accroître notre compréhension de la progression de la COVID-19 afin d’évaluer le risque en fonction des différents profils de patients et de définir plus clairement les cibles pour les agents antiviraux et les vaccins en cours de développement, indique l’un des porteurs de cette initiative, le professeur Guy Wolf de l’Université de Montréal.

L'un des projets déjà en cours est celui d'un un système un système d’apprentissage par renforcement profond qui permet d’évaluer rapidement des milliards de molécules capables de s'attaquer au virus et cherche à recruter davantage de personnes pour accélérer son développement.

Une application pour limiter la contagion

Sur les ondes de RDI, Yoshua Bengio a également mentionné qu'une équipe de Mila travaille présentement sur une application de recherche de contacts des gens infectés par la COVID-19 qui pourrait voir le jour dans le prochain mois.

Quand les gens qui ont leur téléphone en poche se promènent, ça va enregistrer le fait que vous étiez à peu près au même endroit à peu près au même moment avec telle autre personne, mais de manière anonyme, qui préserve la vie privée, qui va faire qu’ensuite on va pouvoir retracer cette chaîne de contact et identifier les gens qui sont le plus à risque, illustre le directeur scientifique de Mila.

Avec les téléphones, on peut identifier les rencontres qu'on a eues avec différentes personnes de manière beaucoup plus fiable, estime-t-il.

Ce genre de pistage s'est avéré efficace, notamment à Taiwan et en Corée du Sud, mais suscite plusieurs critiques des activistes pour la protection de la vie privée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Intelligence artificielle

Techno