•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Continuer à apprendre à distance : un défi du primaire à l’université

Une femme aidant un enfant à faire ses devoirs.

Les élèves du primaire et du secondaire ont maintenant accès à la plateforme virtuelle L'école ouverte. (Archives)

Photo : iStock

Que ce soit au primaire, au secondaire, au cégep ou à l’université, la poursuite des activités pédagogiques alors que les établissements scolaires sont fermés pendant cette période de pandémie représente un défi autant pour les parents que pour les enseignants et les élèves.

Bien que Québec ait annoncé la fermeture des écoles le 13 mars dernier, les employés du réseau de l’éducation travaillent en coulisse pour permettre la poursuite des activités pédagogiques.

Primaire et secondaire : L’école ouverte maintenant accessible

Tel que promis, le ministère de l'Éducation a mis officiellement en ligne la plateforme web L'école ouverte, lundi matin.

Le nouveau site éducatif (Nouvelle fenêtre) propose des ressources variées et classées par niveaux scolaires afin de permettre aux enfants et aux adolescents de continuer à apprendre, dans toutes sortes de matières.

De nouveaux contenus seront ajoutés chaque semaine, notamment pour les élèves ayant des besoins particuliers.

Le directeur par intérim des services éducatifs à la Commission scolaire Kamouraska–Rivière-du-Loup, Sébastien Mercier, tient à rappeler aux parents que ces activités ne sont pas obligatoires et ne feront l'objet d'aucune évaluation.

Cette plateforme doit être utilisée de façon volontaire, ludique et sans horaire très strict. Il ne faut pas oublier que les parents ne sont pas des enseignants.

Sébastien Mercier, directeur des services éducatifs, Commission scolaire Kamouraska–Rivière-du-Loup
Un enfant écrit sur une feuille placée devant un écran d'ordinateur sur lequel on voit un autre enfant faire la même chose.

Un enfant fait des exercices éducatifs dans sa chambre. (Archives)

Photo : Image: Nathalie Nadon

M. Mercier souligne que plusieurs activités du quotidien, comme réaliser une recette ou écrire une lettre, demeurent tout aussi pertinentes pour stimuler l’apprentissage des jeunes.

Il ne faut pas oublier que certaines familles n'ont pas accès à ces répertoires-là en raison de contraintes technologiques, précise M. Mercier

Le ministère de l’Éducation a aussi recommandé aux enseignants de rester en contact avec leurs étudiants.

Certaines commissions scolaires offrent également du soutien supplémentaire aux enfants plus vulnérables. Par exemple, les bibliothécaires de la Commission scolaire Kamouraska–Rivière-du-Loup s’affairent à préparer des trousses de livre qui pourront être acheminées aux familles où la littérature est difficilement accessible.

Reprise des cours au cégep : la flexibilité sera de mise

Les cégeps de la région travaillent d'arrache-pied pour relever un défi de taille : préparer la reprise des cours à distance.

Les dates de reprise varient d'un campus collégial et même d'un cours à l'autre dans les cégeps de l’Est-du-Québec. Du côté du Cégep de la Gaspésie et des Îles et du Cégep de Sept-Îles, les activités pédagogiques vont reprendre progressivement dès le 6 avril.

La consigne du Ministère est assez claire. On est dans un contexte exceptionnel et la flexibilité va être de mise.

Élise Cayouette, conseillère en communications au Cégep de la Gaspésie et des Îles

Le mot d’ordre est flexibilité et souplesse pour se rendre jusqu’au bout, renchérit le directeur des ressources humaines et des communications au Cégep de Sept-Îles, Francis Desbiens

Campus de Carleton-sur-Mer du Cégep de la Gaspésie et des Îles.

Le Cégep de la Gaspésie et des Îles va reprendre les cours progressivement à partir du 6 avril.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Dans tous les cégeps, les méthodes d'enseignement seront adaptées à la nature des cours et aux habiletés technologiques des enseignants et des élèves.

Francis Desbiens précise qu’équiper les enseignants pour permettre la formation à distance, tout en respectant les consignes d'isolement, n'est pas chose simple.

On a acheté du matériel supplémentaire, explique M. Desbiens. On le place à l’extérieur du cégep et on invite l’enseignant à venir chercher ça dehors. Il n’y a pas de contacts qui se font. Tout se fait par téléphone.

Les dates de fin des sessions vont varier selon les cours et les campus.

Université : une poursuite optionnelle à l’UQAR

L’Université du Québec à Rimouski (UQAR) a déjà annoncé que les cours ayant fait l’objet d’une évaluation avant le 14 mars étaient considérés comme terminés pour ce qui est de la notation.

L’UQAR encourage la poursuite de la transmission des savoirs de façon optionnelle, selon la disponibilité des ressources enseignantes et des étudiants.

Façade de l'UQAR.

À l'Université du Québec à Rimouski, la poursuite des activités pédagogiques est optionnelle pour la plupart des cours.

Photo : Radio-Canada

Le recteur, Jean-Pierre Ouellet, dit avoir pris cette décision par « souci d'équité », afin de ne pas pénaliser les étudiants et les enseignants avec des enfants, ceux qui doivent travailler dans des services essentiels ou encore ceux qui n'ont pas accès à de l'équipement informatique.

On n’imposera pas d’évaluation pour la partie résiduelle du trimestre, rappelle M. Ouellet. On invite toutefois les enseignants et les chargés de cours, lorsque c’est possible, à transmettre des documents, de l’information ou toute autre approche pertinente, pour que les étudiants puissent enrichir leur formation lorsqu’ils seront en mesure de le faire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Coronavirus