•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La crise sanitaire menace l’accès à l'avortement au Canada, selon des organismes

Une femme dans une clinique met des gants de plastique.

Des États américains souhaitent fermer les cliniques d'avortement durant la pandémie de coronavirus sous prétexte qu'il ne s'agit pas d'une procédure médicale essentielle.

Photo : Reuters / Liliana Engelbrecht

La pandémie de coronavirus a des répercussions sur l’accès à l'avortement au pays. Des associations pro-choix exhortent les gouvernements et les collèges des médecins à tout mettre en œuvre pour que les soins relatifs à la santé sexuelle demeurent des services de santé essentiels tout au long de la crise sanitaire.

Les mesures de distanciation sociale, les restrictions de déplacements et les fermetures de centres de santé sexuelle sont autant de facteurs découlant de la pandémie de COVID-19 qui ont une incidence sur l’accès aux services d’interruption volontaire de grossesse (IVG).

La directrice en promotion de la santé chez Action Canada pour la santé et les droits sexuels, Frédérique Chabot, mentionne que les mesures visant à endiguer la propagation de la maladie obligent le personnel soignant à voir moins de patients.

Les services sont adaptés, justement, pour essayer de garder tout le monde en sécurité, mais ça veut dire que les cliniques doivent réduire le nombre de rendez-vous qui sont offerts, explique-t-elle.

La diminution des consultations a un impact sur les soins d’IVG, mais aussi sur les services de contraception et le dépistage des ITSS.

Frédérique Chabot accorde une entrevue à Radio-Canada à l'intérieur d'un bureau.

Frédérique Chabot, directrice en promotion de la santé pour Action Canada pour la santé et les droits sexuels.

Photo : Radio-Canada

Des organismes venant en aide aux femmes enceintes ont également dû modifier leurs activités.

Par mesure de prévention, le service de rencontre dans nos locaux est en pause pendant une période indéterminée, indique sur sa page Facebook S.O.S. Grossesse, qui maintient toutefois ses services d'écoute téléphonique et de clavardage.

Accès inégal

Frédérique Chabot rappelle que l’accès à l'avortement varie grandement d’une province à l’autre au Canada. Si le Québec compte à lui seul plus de la moitié des points de services, d’autres n’en comptent qu’un ou deux, voire aucun.

Situées majoritairement en milieu urbain, les cliniques d’avortement sont difficilement accessibles aux femmes vivant en régions éloignées. Une situation aggravée par les récentes restrictions imposées aux déplacements.

Une patiente qui est à Kelowna et qui doit se rendre à Victoria pour une procédure [peut difficilement aller à son rendez-vous] puisque la plupart des transports qui connectent les communautés sont suspendus.

Frédérique Chabot, directrice en promotion de la santé, Action Canada pour la santé et les droits sexuels
Des chaises vides dans une salle d'attente

Les mesures de distanciation sociale limitent le nombre de patients pouvant être admis dans les salles d'attente des cliniques.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Autre élément problématique : au Canada, les établissements médicaux ne sont pas équipés pour réaliser des IVG après la 24e semaine de grossesse. En temps normal, on envoie les patientes se faire soigner aux États-Unis, où cela est possible.

À la merci des douaniers

Or, l’annulation de nombreux vols commerciaux et la fermeture partielle de la frontière canado-américaine empêchent des femmes de se rendre chez nos voisins du sud pour un avortement.

Traverser la frontière est compliqué. Si on passe avec une lettre qui dit : "La personne voyage pour une raison médicale essentielle", mais qui indique que c’est un avortement, un agent frontalier anti-choix peut arrêter cette personne-là et [l’obliger à] tourner de bord, soutient Frédérique Chabot.

Elle fait remarquer que des États américains ont tenté de fermer les cliniques d'avortement durant la pandémie de coronavirus sous prétexte qu'il ne s'agit pas d'une procédure médicale essentielle.

Les drapeaux du Canada et des États-Unis flottent au vent à la frontière entre les États-Unis et le Canada. On aperçoit, à l'arrière-plan, le Blue Water Bridge, qui relie Sarnia, en Ontario, à Port Huron, au Michigan.

La fermeture partielle de la frontière entre le Canada et les États-Unis restreint l'accès à certaines procédures d'avortement pour les Canadiennes.

Photo : AFP / GEOFF ROBINS

Au Canada, les gouvernements des provinces ont l’intention de maintenir les soins d’avortement tout au long de la crise. C’est notamment le cas du Québec.

L'accès à l'avortement est maintenu pour toute femme qui en fait la demande. Il n'est pas planifié d'interrompre ces services, indique Robert Maranda, porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux, dans un courriel à Radio-Canada.

Mentionnons également que l'option de la pilule abortive peut être offerte aux femmes qui souhaitent interrompre une grossesse, ajoute-t-il.

Télémédecine

La pilule abortive est d’ailleurs une avenue préconisée par des organisations comme Action Canada pour la santé et les droits sexuels et la Fédération nationale de l’avortement du Canada durant la pandémie.

Ces organisations incitent les gouvernements et les collèges des médecins de recourir davantage à la télémédecine.

Différentes boîtes de pilules abortives

Le recours à la pilule abortive est un moyen d'assurer le maintien des soins d'IVG durant la pandémie.

Photo : Radio-Canada

Les pouvoirs publics sont notamment invités à prolonger à 12 semaines (84 jours) la période limite pour prescrire la pilule abortive et à établir des codes de facturation de télémédecine pour l’avortement médical.

Malgré les nombreux défis posés par la pandémie de COVID-19, les fournisseurs de soins de santé du Canada ont su s’adapter jusqu’ici, note Frédérique Chabot.

Les médecins, les infirmières et le système de santé en général ont été absolument extraordinaires dans les deux dernières semaines à recréer des protocoles en deux temps, trois mouvements, en s’assurant que tout le monde pouvait être en sécurité et toujours avoir accès à ces soins, se réjouit-elle.

Mme Chabot demande aux pouvoirs publics de soutenir les efforts des professionnels de la santé en garantissant l’accès aux soins d'avortement durant la pandémie.

La COVID-19 dans la grande région de Québec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Avortement

Santé