•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes fumeurs sont aussi à risque d'attraper la COVID-19

Un jeune homme fume une cigarette électronique.

Plusieurs experts de la santé s'inquiètent du vapotage chez les jeunes comme risque d'affaiblissement des poumons dans un contexte de pandémie de COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / Nam Y. Huh

Radio-Canada

Plusieurs experts de la santé préviennent les fumeurs que leurs habitudes de consommation peuvent entraîner des risques plus grands de contracter le nouveau coronavirus, même chez les plus jeunes.

Si la COVID-19 a moins susceptible de causer des symptômes graves pour les plus jeunes, en combinaison avec la cigarette, [la] cigarette électronique ou le cannabis, cela peut présenter un sérieux danger pour la santé, indiquent Nicholas Chadi et Richard Bélanger, de la Société canadienne de pédiatrie.

Ils font partie des experts en santé qui tirent la sonnette d’alarme quant aux possibles liens entre les dommages causés aux poumons par la fumée de cigarette ou la vapeur des cigarettes électroniques et la vulnérabilité au coronavirus.

La Société canadienne de pédiatrie recommande aux parents de s’assurer que leurs enfants connaissent les faits suivants :

  • fumer ou vapoter affaiblit les défenses des poumons et joue sur la santé cardiovasculaire;
  • selon des observations, ces activités peuvent augmenter les dangers d'infection majeure au coronavirus;
  • les jeunes qui consomment ces produits sont plus susceptibles de développer des complications comme des pneumonies ou une détresse respiratoire aiguë, qui peuvent conduire à l'hospitalisation.

Des jeunes peu inquiets

Stuart Stephen, 19 ans, et David Bergen, 23 ans, qui sont fumeurs, affirment ne pas s'inquiéter des échanges de salive qui se produisent lorsqu'on partage une cigarette.

On n’a pas le coronavirus. Je ne l’ai pas. Il ne l’a pas. C’est juste un partage entre amis, explique Stuart Stephen.

Les deux jeunes ajoutent qu'ils fument et vapotent depuis de nombreuses années, mais ne semblent pas inquiets des dommages potentiels sur leurs poumons et des risques que présente la COVID-19.

Le coronavirus est surtout prédominant chez les aînés, plutôt que chez les jeunes, selon les statistiques. Donc, je ne suis pas trop inquiet, précise Stuart Stephen.

Changer les comportements

Cette attitude est fréquente, affirme David Hammond, de l’École de santé publique de l’Université de Waterloo. Il ajoute que c’est justement cela, le problème.

Ça fait partie de l’idée que les jeunes sont invincibles et que tout ça ne concerne que les personnes âgées. Il faut changer ce comportement et le faire rapidement.

David Hammond, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Waterloo

Il indique que plusieurs recherches sur l’impact de la COVID-19 semblent montrer des effets aggravants de la consommation de tabac. Il cite notamment une recherche publiée dans le Chinese Medical Journal menée sur 78 personnes.

Selon cette étude, ceux qui ont déjà fumé courraient 14 fois plus de risques de souffrir d'une pneumonie.

Il existe en revanche moins de recherches au sujet du vapotage, mais le Dr Hammond affirme que les personnes qui le pratiquent s’exposent à des risques similaires.

L’autre inquiétude réside dans la pratique plutôt sociale du fait de fumer ou de vapoter, une attitude plutôt problématique dans un contexte de distanciation sociale.

Neil Johnson, de l’Association manitobaine du poumon, dit recevoir plus d’appels pour des questions relatives aux maladies du poumon et le coronavirus. Plusieurs de ces personnes recherchent des conseils pour arrêter de fumer.

C’est une des situations difficiles où ça peut être le meilleur moment pour arrêter, mais, comme le fait de fumer est un mécanisme de défense face au stress, ça peut également être le pire moment, souligne-t-il.

Il dit voir un intérêt grandissant pour les programmes d’accompagnement dans l'arrêt du tabagisme et souhaiter que les autorités de santé publique en fassent une priorité durant cette pandémie.

Avec des informations de Karen Pauls

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Coronavirus