•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pharmacies se réorganisent pour protéger leurs employés

Des employés d'une pharmacie au travail

Des plexiglas ont été ajoutés devant les comptoirs.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

Alors que la plupart des commerces sont fermés, les pharmacies, elles, sont bien ouvertes et continuent de préparer les médicaments pour la population. Celles qui continuent de recevoir des clients à l'intérieur de leur commerce font des pieds et des mains pour éviter que le virus y entre.

Les propriétaires des pharmacies de Baie-Comeau multiplient la mise en place de mesures de protection pour éloigner le virus de leurs employés.

En magasin

Sur le plancher des succursales, l'inquiétude augmente au sein du personnel. Le pharmacien propriétaire du Jean Coutu Baie-Comeau, Dany Belzile, indique qu’il faut rassurer les employés.

Le pharmacien a dû éduquer ses patients qui continuaient de venir en magasin, malgré les recommandations du gouvernement de rester à la maison.

La livraison des médicaments a beaucoup augmenté, indique-t-il.

Des employés d'une pharmacie préparent des médicaments.

Les laboratoires où sont préparés les médicaments sont des espaces restreints.

Photo : Radio-Canada / b

Les gens ne touchent plus à la marchandise et ils sont accompagnés à la caisse. Ce sont des commis qui vont prendre ce dont [les clients] ont besoin, raconte M. Belzile.

De plus, les clients scannent maintenant eux-mêmes leurs prescriptions et les remettent dans un sac de plastique qui sera ouvert seulement dans un mois.

Derrière le comptoir

Protéger les employés qui travaillent dans le laboratoire est aussi un défi, car c'est un espace restreint.

Dans les locaux de la pharmacienne propriétaire Christine Lacombe, des séparateurs en plexiglas ont été ajoutés à chaque comptoir et les employés travaillent avec des gants. On a une réserve de masques pour eux si jamais ça s'envenime, précise la pharmacienne.

Sans eux [les employés], on ne peut pas fonctionner, puis la santé des patients est en péril, alors il faut les protéger.

Christine Lacombe, pharmacienne propriétaire

On a besoin de support pour l'anxiété chez nos employés. On doit leur parler régulièrement et c'est pour ça que moi j'ai coupé les heures d'ouverture, explique la pharmacienne Christine Lacombe.

Propriétaire de pharmacie depuis 1987, Dany Belzile n'a jamais vécu une période aussi intense. Les mesures de protection mises en place dans sa pharmacie sont amplifiées de jour en jour.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Commerce