•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élus de la Côte-Nord veulent resserrer le contrôle routier

Panneaux annonçant la fin de la route 138 et les options de transport, par avion ou par bateau, pour continuer vers la Basse-Côte-Nord.

Maires et préfets unissent leur voix pour demander plus de barrages routiers entre les MRC (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Des élus de la Côte-Nord souhaitent plus de points de contrôle routier entre les Municipalités régionales de comté (MRC) et plus d’information sur la localisation des cas dépistés de la COVID-19 dans la région.

Une revendication qui sera portée au ministre responsable de la Côte-Nord, Jonatan Julien, indique la députée de Duplessis Lorraine Richard.

Faire circuler l’information

La divulgation du nombre de cas par ville permettrait aux maires d’agir plus efficacement, soutient le maire de Port-Cartier Alain Thibault.

Dans le but d’arriver et d’appliquer nos plans de mesures d’urgence, c’est sûr que si on sait combien il y a de cas dans nos villes, s’il y a un foyer d’éclosion dans notre ville, on voudrait bien être informé, affirme le maire Thibault.

Là, on n'a pas d’information. On nage dans l’inconnu.

Alain Thibault, maire de Port-Cartier

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, est du même avis et pense que plus l’information leur est communiquée rapidement, plus il sera aisé d'agir efficacement.

Il y a des petits foyers, comme au pénitencier de Port-Cartier, ce n’est pas normal que les élus apprennent cela aux nouvelles, déplore le maire Porlier.

Des points de contrôle entre les MRC

Des points de contrôle routier entre chacune des MRC sont demandés par les élus de la région.

La Haute-Côte-Nord n’a pas besoin de venir dans la Manicouagan et vice-versa, affirme Réjean Porlier. Chaque MRC a sur son territoire tout ce qu’il faut pour combler les besoins essentiels de ses citoyens.

Le préfet de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent, Randy Jones, a indiqué dimanche vouloir un autre point de contrôle entre Nutashkuan et Kegaska.

De son côté, le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, ne croit pas de tels barrages sont nécessaires pour isoler la Manicouagan des autres MRC de la Côte-Nord.

Pour ce qui est de la situation de la Manicouagan, je pense qu'actuellement on est sécurisé comme on est. Je ne demande pas de faire des postes policiers additionnels de contrôle dans le territoire de la région de Baie-Comeau, commente-t-il.

Je pense qu'actuellement, ça se déroule très bien. La réalité, par contre, de la Minganie et de la Basse-Côte-Nord peut être très différente.

Yves Montigny, maire de Baie-Comeau

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord a annoncé samedi que huit barrages routiers sont déployés sur la Côte-Nord. Ils sont situés au traversier de Tadoussac, à Sacré-Coeur sur la route 172 vers le Saguenay-Lac-Saint-Jean, aux aéroports de Baie-Comeau et de Sept-Îles, près des points de traverse à Godbout et à Baie-Comeau, à Blanc-Sablon, ainsi qu'entre le secteur de Moisie et la Municipalité de Rivière-au-Tonnerre.

Samedi, le gouvernement provincial a imposé le contrôle des allées et venues dans huit régions du Québec afin de limiter la propagation de la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Transports