•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un barbier déconseille aux gens de se couper les cheveux eux-mêmes

L'homme en entrevue devant un salon de barbier fermé

Jeremy Gilmer, résident de Fredericton, envisage de se couper les cheveux lui-même d'ici deux semaines si les salons de coiffure restent fermés.

Photo : CBC/Gary Moore

Radio-Canada

La fermeture des salons de barbier et de coiffure dans le cadre de la lutte contre la COVID-19 risque de pousser des gens à se couper eux-mêmes les cheveux.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé la fermeture temporaire de ces établissements, entre autres, lorsqu’il a décrété l’état d’urgence, le 19 mars, pour lutter contre la pandémie.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Jeremy Gilmer, un résident de Fredericton qui se rendait chez son barbier chaque semaine pour se faire tailler la barbe et de temps en temps pour se faire couper les cheveux, appréhende des difficultés. Il craint de ressembler bientôt à un homme préhistorique si la fermeture se prolonge, dit-il avec humour.

M. Gilmer croit pouvoir se tailler la barbe lui-même, mais il dit être terrifié en pensant à se couper lui-même les cheveux. S’il rate son coup, souligne-t-il, il devra se raser la tête.

Chad Livingston en entrevue dans un terrain de stationnement

Chad Livingston avait l'habitude de se faire couper les cheveux deux fois par mois.

Photo : CBC/Gary Moore

Chad Livingston, qui se rendait régulièrement chez son barbier, préfère laisser pousser ses cheveux. Il n’avait pas eu les cheveux longs depuis l’école secondaire quand il jouait au hockey, explique-t-il.

Un barbier recommande d’attendre

Le propriétaire du salon Royal Barbershop à Fredericton, Rob Reese, conseille à ses clients d’attendre et de ne pas toucher à la tondeuse à cheveux. Il compare cela à un chirurgien qui essayerait d’opérer sur lui-même.

Il conseille plutôt aux gens d’utiliser les produits coiffants pour maîtriser les mèches rebelles en attendant la réouverture des salons.

Rob Reese en entrevue devant son salon fermé. Il tient des ciseaux et une tondeuse à cheveux.

Le barbier Rob Reese conseille aux gens de prendre leur mal en patience et de ne pas tenter se couper les cheveux eux-mêmes.

Photo : CBC/Gary Moore

Quant à la barde, indique M. Reese, il est facile de la tailler légèrement en s’y prenant avec précaution.

Rob Reese a dû fermer son salon et mettre à pied ses six employés, il y a deux semaines. Il dit les aider à s'inscrire aux programmes d'aide gouvernementale.

Il dit s’attendre à recevoir de nombreux clients et à embaucher plus de personnel pour répondre à cette demande lorsque la crise de la COVID-19 sera terminée et qu’il pourra rouvrir son salon.

Avec les renseignements de Gary Moore, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !