•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : évitez les parcs ou payez jusqu'à 5000 $ d'amende, demande John Tory

Une banderole jaune autour d'une structure de jeux dans un parc.

Toronto a fermé les aires de jeux dans les parcs pour limiter la propagation du coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Michel Bolduc

Radio-Canada

La Ville de Toronto a annoncé lundi qu’elle n’allait pas hésiter à sévir à l’endroit des citoyens qui brisent les consignes de fermeture des parcs de la Ville et qui s’y rassemblent pour pratiquer des activités sportives.

Le maire a raconté que certains résidents ont déchiré les rubans jaunes qui avaient été placés autour des aires de jeux et d'exercice dans les parcs et que certaines personnes ont passé par dessus des barrières placées à l'entrée des parcs.

Le maire de Toronto John Tory a dénoncé ces personnes lors du point de presse journalier de la Ville, affirmant que ces comportements vont à l'encontre des consignes de distanciation physique en cours.

Un pont avec des personnes qui font de l'activité physique.

Des Torontois empruntent le pont de la rivière Humber sur le sentier riverain le dimanche 29 mars 2020.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

Le maire Tory a affirmé que la ville était prête à imposer des amendes de 750 $ à 5000 $ aux contrevenants qui ne respectent pas les consignes de fermeture des parcs.

Il est temps d’arrêter maintenant, a affirmé M. Tory en faisant référence à ceux qui ne se soucient pas des directives des autorités de santé publique.

Le chef des incendies Matthew Pegg dit avoir discuté avec les équipes d’inspection des parcs pour augmenter la surveillance des parcs.

Toronto avait fermé ces aires la semaine dernière pour limiter les contacts et la transmission de la COVID-19.

Par ailleurs, des Torontois se sont agglutinés près du lac Ontario durant le week-end, selon M. Tory.

C'est le genre de choses qui contribuent à la propagation du virus et qui peuvent mener à des morts, a dénoncé le maire, citant les exemples de l'Italie et de New York.

M. Pegg demande aux citoyens de contacter le 311 en cas de violation des consignes, il rapporte avoir reçu 385 plaintes jusqu'à présent sur la ligne municipale.

591 cas de COVID-19 à Toronto

Par ailleurs, la médecin hygiéniste de Toronto Eileen de Villa a confirmé que 591 cas confirmés de COVID-19 ont été rapportés à Toronto depuis le début de la pandémie.

De plus, la santé publique de la Ville rapporte 67 cas présentement hospitalisés, dont 30 cas qui sont présentement aux soins intensifs.

Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de Toronto

Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de Toronto. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

30 personnes seraient d’ailleurs guéries de la COVID-19.

Mme de Villa estime qu’environ 34% des cas de COVID-19 à Toronto proviennent de la transmission dans la communauté.

La maladie affecte toutefois des travailleurs de la santé à Toronto, 12 docteurs, 13 infirmières et 6 travailleurs du réseau de la santé ont été infectés jusqu’à présent.

En ce qui a trait aux employés de la Santé publique, mme de Villa a rapporté de 8 travailleurs de son bureau de santé publique ont été infectés par la COVID-19 et que ceux-ci sont en isolement à la maison.

D'autres mesures provinciales?

Le premier ministre ontarien Doug Ford a lui aussi qualifié de « troublant » le manque de respect durant le week-end de la directive de maintenir une distance d'au moins 2 mètres avec les autres personnes.

Restez à la maison, a-t-il rappelé.

M. Ford a ouvert la porte à un resserrement des mesures de distanciation sociale. Il dit suivre les conseils du médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr David Williams.

Le Dr Williams a pressé le public, lundi, de sortir seulement pour recevoir des soins de santé, aller à l'épicerie et à la pharmacie, faire marcher son chien ou aider une personne vulnérable.

Il a aussi recommandé fortement aux aînés de 70 ans et plus de s'isoler à la maison, même s'ils n'ont pas de symptômes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !