•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Se rassembler virtuellement en français à l'ère de la distanciation physique

Un téléphone portable sur une table.

L'Association franco-culturelle de Hay River tente de remplir son mandat en temps de pandémie.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Devant l’isolement imposé par la pandémie de la COVID-19, l’Association franco-culturelle de Hay River dans les Territoires du Nord-Ouest lance un « mouvement collectif, interactif et virtuel » afin de rassembler, virtuellement, les francophones et francophiles.

À tous les dimanches à partir du 29 mars, l’AFCHR compte mettre aux défis les résidents du South Slave, mais aussi de partout ailleurs de créer un contenu numérique sur un thème donné en utilisant le mot-clic #FRANCONTAGION.

La thématique hebdomadaire sera partagée en direct sur Facebook. Les participants auront jusqu’au vendredi suivant pour soumettre leurs photos, vidéos ou balados.

Selon l’agente de développement de l’AFCHR Édith Vachon-Raymond il s'agit d’une façon pour son association de continuer à répondre à son mandat culturel et rassembleur, même à l'ère de la distanciation physique.

« On ne peut plus se rencontrer dans un espace physique, mais ce serait très limité en 2020 de penser qu’il n’y a pas d’autres options de rassemblement ou d’autres options de promotion et de représentation avec tous les outils qu’on a à l'ère du numérique », dit-elle.

C’est une façon de se voir et de ne pas s’oublier.

Édith Vachon-Raymond, agente de développement AFCHR

L’agente de développement ne sait pas encore à quel point le mouvement prendra vie, mais elle veut donner le temps aux participants de s'y intéresser, de créer et de réajuster le tir au besoin.

« On lance une première vague, mais si le mouvement fonctionne on va le continuer, dit-elle. C’est une formule qui est flexible et qui permet vraiment de continuer ou d’arrêter. » 

« J’espère qu’on va pouvoir faire embarquer les gens, leur donner de petits objectifs, que ce soit ponctuel ou récurrent, explique-t-elle. [Notre objectif] est de leur donner quelque chose pour réfléchir, un projet ou un objectif. Je crois qu’avec les conditions qu’on a en ce moment c'est important d’avoir un objectif. »

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Francophonie