•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des entrepreneurs en construction se demandent s’ils sont un service essentiel

Un employé d'une entreprise d'installation d’ascenseurs en train de couper des pièces de métal.

Certains entrepreneurs continuent d'accepter des contrats, mais ils craignent d'être exposés au coronavirus (archives).

Photo : Radio-Canada

CBC

Des entrepreneurs en construction indépendants d’Ottawa se demandent pourquoi ils sont toujours considérés comme étant un service essentiel en pleine pandémie.

Les petites entreprises de construction font partie des services essentiels recensés par le gouvernement de l’Ontario, au même titre que les grandes compagnies responsables des chantiers résidentiels, commerciaux et industriels.

Mais selon certains, la définition choisie par la province est trop large. C’est le cas de David Sheard. Si quelqu’un a un trou dans son toit, des tuyaux qui fuient ou un refoulement, alors oui, les travailleurs devraient pouvoir travailler, car ils offrent un service d’urgence dans ce contexte, croit-il.

M. Sheard a toutefois vu circuler sur les réseaux sociaux des contrats pour des services non urgents, comme la rénovation de salles de bain ou de cuisines. Il a aussi remarqué que des entrepreneurs acceptaient ces offres.

Rénover une cuisine ou une salle de bain à ce moment-ci, ça ne devrait pas être considéré comme étant essentiel.

David Sheard, entrepreneur en construction

Des familles inquiètes

Le mari de Megan est électricien et il continue de sortir de la maison pour travailler. On [a suivi les consignes] correctement, mais c’est comme si ça ne servait à rien, parce qu’il doit sortir, a relaté la femme qui ne souhaitait pas donner son nom complet pour ne pas compromettre l’emploi de son mari.

Il considère s’isoler de nous à l’avenir, a-t-elle ajouté. Le patron de son mari lui a proposé de le mettre à pied, mais Megan craint que ça ne les empêche de payer leurs factures, car il s’agit du seul revenu du ménage. Elle reçoit d’ailleurs des chèques d’assurance-emploi en raison de la pandémie.

Les précautions nécessaires

Pour les entrepreneurs qui répondent à des appels urgents, comme Kevin Villeneuve, il est crucial que les travailleurs et leurs clients prennent les mesures préventives nécessaires.

Ça fait quand même peur. On travaille parfois dans de très mauvaises conditions, a souligné le plombier de formation.

M. Villeneuve a expliqué que la plupart de ces appels sont à propos de tuyaux bouchés qui regorgent bien souvent de fluides corporels. Ses collègues et lui portent des gants en plus de désinfecter leur équipement et leurs mains avant et après chaque contrat.

Il pose maintenant à ses clients une série de questions sur leur état de santé et leur historique de voyage, en plus d’accepter uniquement les paiements électroniques.

S’il est d’accord pour affirmer que le secteur de la construction est essentiel, M. Villeneuve a toutefois reconnu que son métier est plus risqué que jamais, car même les gens en quarantaine sollicitent toujours ses services.

On est en contact avec beaucoup de germes, a-t-il souligné.

Aux compagnies de choisir, dit le gouvernement ontarien

L’entreprise Jiffy, qui coordonne les appels pour des travaux auprès de nombreux entrepreneurs, a indiqué que la plupart de ses membres ont décidé de poursuivre leurs activités.

Ils dépendent de ces revenus, a expliqué le cofondateur de l’entreprise, Paul Arlin. Quelques-uns ont décidé de suspendre leurs activités, mais la vaste majorité continue de travailler en prenant les mesures de sécurité qui s’imposent.

Le ministère du Travail de l’Ontario a soutenu dans un courriel que c’est aux propriétaires d’entreprise de déterminer s’ils correspondent ou non aux services essentiels répertoriés par le gouvernement.

Les autorités de la province n’ont pas spécifié pourquoi tous les entrepreneurs en construction se sont retrouvés sur la liste des services essentiels.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Coronavirus