•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Olymel ferme son usine de Yamachiche

Des employés arrivent à l'usine Olymel à Yamachiche

Des employés arrivent à l'usine Olymel à Yamachiche.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Olymel ferme son usine d'abattage et de découpe de porc de Yamachiche pour deux semaines en raison des nombreux cas de COVID-19 parmi ses employés.

Selon l’entreprise, neuf travailleurs ont reçu un diagnostic positif de la maladie jusqu’à maintenant. La décision de fermer l’usine a été prise conjointement avec la direction de la santé publique du CIUSSS MCQ.

Par communiqué, Olymel mentionne que la direction de santé publique recommande à tous les employés qui ont travaillé dans cette usine depuis le 12 mars de se placer en isolement préventif.

Samedi dernier, un premier employé originaire de Montréal a eu la confirmation qu'il avait contracté le coronavirus. Il avait été placé en confinement dans son logement de Yamachiche avec deux colocataires.

Depuis, les cas se sont multipliés et l'inquiétude s'est accentuée pour les travailleurs qui ne peuvent garder la distance réglementaire de deux mètres entre eux sur la chaîne de production.

On était très, très, très inquiets par la situation.

Roxanne Larouche, responsable des communications au syndicat des Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce

La responsable des communications du syndicat des Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce (TUAC), Roxanne Larouche, affirme que des demandes avaient été faites auprès de l’employeur pour que des mesures soient mises en place afin de protéger les travailleurs. Le syndicat demandait notamment de réduire la cadence de production pour pouvoir permettre la distanciation entre les travailleurs.

Lorsqu'ils travaillent sur une chaîne de production, ils sont au coude à coude, souligne Roxanne Larouche. On avait également demandé que le transport des travailleurs d'agences qui viennent de Montréal ne se fasse plus, parce qu'on savait que la distanciation n'était pas respectée dans les autobus et que ça augmentait aussi le risque de faire voyager le virus.

Le responsable des communications chez Olymel, Richard Vigneault, réaffirme que la santé des travailleurs est une priorité pour l'entreprise.

On verra, pendant ces 14 jours, à accroître encore davantage les mesures et à préparer un plan pour la reprise des opérations, assure-t-il.

Le syndicat demande que les salaires des 850 travailleurs soient payés par Olymel pendant cette période d'arrêt, qui permettra de procéder à l'assainissement des lieux. Olymel n'a pas souhaité dire si elle répondra à cette demande.

On espère qu'au bout de deux semaines, lorsque les travailleurs vont revenir à l'usine, que des mesures de sécurité pour protéger leur santé vont être mises en place, qu'on ne répétera pas les erreurs qui ont été commises, ajoute Roxanne Larouche.

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Coronavirus