•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kanesatake demande aux consommateurs de tabac et de cannabis de rester chez eux

Un kiosque de vente de cigarettes dans la communauté mohawk de Kanesatake, située près de Montréal.

Tous les commerces qui vendent du tabac et du cannabis dans la communauté mohawk de Kanesatake sont actuellement fermés.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Villeneuve

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le grand chef de la communauté mohawk de Kanesatake, Serge Simon, déplore que de nombreuses personnes continuent de se rendre sur le territoire afin de se procurer des produits du tabac et du cannabis, et ce, même si tous les commerces qui en vendent ont été fermés en raison de l’épidémie de COVID-19.

Ces commerces sont fermés depuis lundi dernier. Bien que l’achalandage des clients qui se heurtent à des portes closes ait diminué au fil des jours, M. Simon, qui craint pour sa communauté, aimerait qu’il cesse complètement.

« On a beaucoup de diabète, des problèmes de santé, hypertension, cancer même, beaucoup de cancer. Les systèmes immunitaires ne sont pas forts et si le virus entre dans notre communauté avec tous les gens qui viennent de l'Ontario et de Montréal, ça va être un désastre. »

— Une citation de  Le grand chef de Kanesatake, Serge Simon

Le grand chef dénonce également le comportement de certaines personnes, qui se mettent en chasse de la marchandise qu’ils recherchent.

On a des gens qui vont aller directement aux maisons et cogner aux portes pour demander s’il y a du tabac. On pense que toutes les maisons à Kanesatake ont du tabac, mais ce n’est pas vrai, dit-il.

Bien que Kanesatake ne compte pour le moment aucun cas de malade infecté par le coronavirus, Serge Simon ne se fait pas d’illusion et pense que cela n’est qu’une question de temps. Il veut cependant limiter les dommages.

La majorité du monde chez nous respecte l’isolement. C’est les gens de l’extérieur qui causent le problème, insiste-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !