•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les promenades sont dorénavant interdites aux voyageurs de retour au Canada

Ils ne pourront plus mettre le nez dehors... sauf pour passer un test de dépistage, après la volte-face d'Ottawa et de Québec. La police mènera des contrôles.

Une place publique déserte du Vieux-Montréal

Les gens en auto-isolement ne peuvent plus sortir, même pour aller marcher.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Certaines personnes devront trouver une solution pour promener leur chien. Le Canada et le Québec ont décidé, vendredi, de ne plus permettre aux gens en auto-isolement de 14 jours de marcher dans la rue.

Vendredi, le site web du gouvernement du Canada (Nouvelle fenêtre) consacré au coronavirus a été modifié afin de retirer notamment aux voyageurs de retour au Canada la permission de se promener.

La veille, en date du jeudi 26 mars, Ottawa permettait encore aux personnes en auto-isolement de prendre l'air, courir, faire du vélo, promener le chien.

La nouvelle directive de Santé Canada interdit maintenant formellement ces sorties.

Veuillez demeurer À l'INTÉRIEUR de votre maison. Ne sortez pas de votre lieu d'isolement sauf pour demander une attention médicale.

Directive de Santé Canada mise en ligne le vendredi 27 mars

La même règle s'applique à ceux qui ont été en contact étroit avec une personne qui est ou pourrait être atteinte de la COVID-19 ou ceux qui ont reçu l'instruction de pratiquer l'autosurveillance par la santé publique.

L'attaché de presse de la ministre fédérale de la Santé, Thierry Bélair, confirme qu'une modification a été faite pour clarifier les règles.

Des déclarations contradictoires d'élus et de fonctionnaires avaient semé le doute dans la population. Jeudi, Ottawa et Québec avaient confirmé à Radio-Canada que les personnes en auto-isolement pouvaient sortir, tant qu'elles n'avaient pas de symptômes, restaient au grand air et respectaient une distance de deux mètres d'autrui.

Mais le lendemain, les deux ordres de gouvernement se sont ravisés.

Québec modifie aussi sa directive

Vendredi, le premier ministre François Legault laissait encore la porte ouverte aux promenades. Pour les voyageurs revenus dans les derniers jours, vous êtes beaucoup plus à risque que la majorité des Québécois. Donc, idéalement, restez à la maison. Si vous voulez absolument prendre une marche, il encore plus important de rester à deux mètres.

Mais samedi, la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault a expliqué que la santé publique fédérale avait clarifié sa consigne à propos de l'isolement obligatoire. Maintenant, c'est vraiment le confinement obligatoire pour 14 jours de tous ceux qui viennent de l'étranger, a-t-elle confirmé. Ils doivent rester chez eux, aucune raison pour sortir, même pas prendre une marche, aller à l'épicerie, rien.

Son attachée de presse, Amélie Paquet, explique que la modification est survenue vendredi. Comme vous le savez, la situation évolue de jour en jour au Québec, a-t-elle rappelé. Nous avons décidé d’arrimer notre directive avec celle du gouvernement fédéral afin d’éviter toute confusion au sein de la population.

La seule raison valable de sortir quand on est en isolement, c'est pour aller faire un test de dépistage.

Interventions policières

Plusieurs citoyens de retour de voyage rapportent à Radio-Canada avoir été interpellés par la police alors qu'ils marchaient dehors dans les derniers jours. Le plus souvent, ils ont été dénoncés par des voisins. Ils déplorent que les autorités aient maintenu le flou sur les consignes.

Les Canadiens sont d'autant plus inquiets qu'Ottawa a annoncé de fortes amendes et même une peine de prison pour les voyageurs qui ne respectent pas les consignes.

Le gouvernement fédéral précise que, si l'autorité de santé publique de votre territoire vous donne l'instruction de respecter un isolement strict, vous devez le respecter.

Un million de Canadiens sont revenus de voyage depuis la relâche.

Avec la collaboration de Louis Blouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Société