•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

20 employées exposées à la COVID-19 sans protection à Lévis

Des employées dans un couloir d'hôpital

Les employées concernées ont été retirées de leur milieu de travail et placées en confinement à la maison.

Photo : Shutterstock / John Panella

Une vingtaine d’employées de l’Hôtel-Dieu de Lévis, dont une qui est enceinte, ont été retirées de leur milieu de travail après avoir été en contact avec une patiente infectée à la COVID-19 alors qu’elles ne portaient pas d’équipement de protection.

La patiente habite au Manoir Liverpool, une résidence pour aînés du quartier Saint-Romuald, à Lévis, où huit cas de coronavirus ont été confirmés jusqu’ici.

Lorsqu’elle a été admise à l’Hôtel-Dieu de Lévis, le 22 mars, la dame ne présentait pas de symptômes associés à la maladie. Elle a été dépistée et testée durant son hospitalisation à l’unité de médecine située au 8e étage de l’établissement. Depuis, de nombreux employés ont été placés en quarantaine.

Il s’agit d’une vingtaine de personnes, tous titres confondus. Dès qu'on a eu l'information, hier (samedi), ces personnes-là ont été retirées de leur milieu de travail. Elles sont à la maison en isolement, indique la chef du Service des communications et des relations publiques du CISSS de Chaudière-Appalaches, Geneviève Dion.

Si elles développent des symptômes dans les 14 prochains jours, elles pourront avoir accès à une ligne de dépistage pour faire les tests de façon plus rapide.

Une citation de :Geneviève Dion, porte-parole, CISSS de Chaudière-Appalaches

Elle rappelle que l’éclosion de COVID-19 au Manoir Liverpool n’était pas encore connue lorsque la patiente a été admise à l’hôpital. C’est la raison pour laquelle les employées qui l’ont côtoyée n’auraient pas porté d'équipement de protection.

Geneviève Dion photographiée devant un immeuble

Geneviève Dion, chef du Service des communications et des relations publiques du CISSS de Chaudière-Appalaches,

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Geneviève Dion mentionne que les directions de santé publique vont communiquer avec les usagers et les citoyens qui pourraient avoir été en contact avec la patiente infectée.

Ces personnes ont reçu des appels ou des lettres de la santé publique pour prendre les mesures nécessaires, notamment l'isolement, précise-t-elle.

Des masques sous clé

Le président du Syndicat des professionnelles en soins de Chaudière-Appalaches (SPSCA), Laurier Ouellet, est furieux contre la direction de l’établissement.

Il affirme que les récents événements mettent en lumière le manque de matériel dans les établissements du CISSS de Chaudière-Appalaches. Selon lui, le personnel soignant a de la difficulté à se procurer des masques N95.

Tout est sous clé et c’est rationné. Quand on dit que seulement deux masques de procédure sont donnés par infirmière, infirmière auxiliaire ou inhalothérapeute par quart de travail, c’est inacceptable, dénonce le président du SPSCA.

Laurier Ouellet brandit des masques de protection.

Laurier Ouellet, président du Syndicat des professionnelles en soins de Chaudière-Appalaches

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Laurier Ouellet dit avoir multiplié les interventions auprès de l’employeur depuis le début de la crise sanitaire afin que le personnel soignant soit suffisamment protégé. Il a également plaidé pour le retrait préventif des travailleuses enceintes.

Prévenir les abus

La direction du CISSS de Chaudière-Appalaches affirme disposer de tout l’équipement nécessaire pour assurer la protection de ses employés. Si les masques sont sous clé, c’est uniquement pour prévenir les abus, soutient Geneviève Dion.

La priorisation va avec les situations cliniques. Nous, on suit vraiment rigoureusement les consignes et les directives ministérielles, et quand il y a des milieux de soins qui le nécessitent, les équipements de protection vont être utilisés, assure-t-elle.

Mme Dion indique que depuis samedi, tous les employés de l’urgence et de l’unité de médecine du 8e étage de l’Hôtel-Dieu de Lévis portent des masques et des vêtements de protection.

Avec la collaboration de Marie-Pier Bouchard et de Hadi Hassin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !