•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Beaucerons réclament eux aussi un contrôle des « snowbirds »

Des véhicules franchissant la frontière pour rentrer au Canada au poste de Lacolle.

Le poste frontalier de Lacolle aura son barrage routier, mais pas celui de Armstrong,en Beauce

Photo : Radio-Canada

Des élus beaucerons ne s'expliquent pas pourquoi le gouvernement du Québec n'a pas cru bon d'installer un contrôle des voyageurs près du poste frontalier de Armstrong, comme c'est le cas ailleurs dans la province afin de lutter contre le coronavirus.

Saint-Georges, en Beauce, est la première ville d'importance que croisent les voyageurs qui reviennent des États-Unis par la route de Jackman, dans l'État du Maine. L'endroit est idéal pour faire des emplettes dans les commerces essentiels encore ouverts.

Comme tout le monde, le maire de Saint-Georges, Claude Morin, a appris samedi que des contrôles des « snowbirds » notamment, ces Québécois qui passent l'hiver dans le Sud, seraient faits près de la frontière américaine afin de les informer des mesures de confinement en place dans la province.

Des contrôles sont prévus à Stanstead, Saint-Bernard-de-Lacolle et à Saint-Armand. Mais pas à Armstrong, qui se trouve dans la MRC de Beauce-Sartigan.

On a été un peu surpris!, a réagi M. Morin en entrevue à Radio-Canada. On considère que [Armstrong], c'est une entrée possible. La frontière du Nouveau-Brunswick est fermée, alors les gens du Nouveau-Brunswick vont passer par la Beauce, croit-il.

Il y a une possibilité de passer par la Beauce parce qu'il n'y a pas de mesure de contrôle.

Claude Morin, maire de Saint-Georges

M. Morin a déjà interpellé le gouvernement afin d'en savoir plus. Selon ses informations, l'achalandage moins important au poste de Armstrong expliquerait la décision de ne pas contrôler les voyageurs pour le moment. On ne sait pas combien il en passe, mais il y en a.

Le préfet de la MRC de Beauce-Sartigan, Normand Roy, est plus catégorique : on va faire des pressions sur nos députés, c'est clair, dit-il.

Saluant le travail du gouvernement québécois jusqu'ici, il croit néanmoins qu'il serait facile de fermer cette petite brèche en installant un poste de contrôle par les policiers. C'est l'accès pour Chaudière-Appalaches au complet. Notre région tire bien son épingle du jeu jusqu'ici, on veut continuer dans ce sens-là, plaide-t-il.

Contrôles interrégionaux

Le gouvernement a aussi demandé des contrôles routiers pour protéger huit régions du Québec jugées plus vulnérables si le virus de la COVID-19 devait y progresser.

Dans la grande région de Québec, des contrôles sont en place à Stoneham-et-Tewksburry pour limiter le transit vers le Saguenay-Lac-Saint-Jean, notamment.

Un barrage policier sur la route 175

Le contrôle routier érigé près du parc de la Jacques-Cartier, sur la route 175.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

Sur la Rive-Sud, un barrage policier est érigé à La Pocatière.

Il n'est pas exclu, selon la Sûreté du Québec, que d'autres barrages soient ajoutés à des endroits névralgiques, par exemple pour les automobilistes qui se dirigeraient vers la Côte-Nord par la route 138.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Coronavirus