•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université d’Ottawa produira des visières sur mesure pour le personnel hospitalier

Justine Boudreau tient une visière de plastique.

Justine Boudreau a travaillé de longues heures avec ses collègues pour concevoir une visière pour le personnel médical.

Photo : Radio-Canada

Les imprimantes 3D de l’atelier Makerspace de l’Université d’Ottawa fonctionnent à plein régime depuis environ une semaine pour produire un modèle de visière sur mesure pour protéger les travailleurs de la santé sur la ligne de front contre la COVID-19.

On a des journées de 10 à 14 heures. On passe beaucoup de temps à travailler avec nos machines de prototypage, a souligné la gestionnaire de l’atelier, Justine Boudreau.

À ce jour, ses collègues et elle ont élaboré trois modèles de visière, mais le concept de base est resté le même : la visière elle-même est constituée d’une feuille de polycarbonate recourbée à laquelle est fixée une bande élastique imprimée en 3D pour fixer le tout à la tête, a expliqué Mme Boudreau.

Toutes ces itérations du produit ont été mises à l’épreuve lors de simulations menées par du personnel de l’Hôpital Montfort. L’étroite collaboration entre les ingénieurs et les travailleurs permet de créer un produit qui surclasse les visières commerciales, selon le Dr Denis Prud’homme, vice-président associé à la recherche au centre hospitalier francophone.

Cet exercice-là a permis de jouer un peu sur la longueur de la visière, puisque les participants voulaient avoir une plus grande protection que celle des visières qui sont commercialisées présentement, a-t-il noté.

La façade de l'hôpital Montfort devant lequel se trouve des drapeaux.

L'hôpital Montfort à Ottawa (archives).

Photo : Hôpital Montfort

Les commentaires du personnel soignant ont permis de développer une visière qui offre une meilleure vision, une protection supérieure pour le cou et qui permet une plus grande amplitude de mouvements que ce que l’on retrouve dans les modèles vendus à grande échelle.

Qui plus est, la visière de l’Université peut être désinfectée et réutilisée, contrairement à celles sur le marché présentement.

L’équipe de Montfort mène en fin de semaine une dernière série de tests sur le plus récent modèle conçu à l’atelier pour pouvoir prendre une décision et entamer la production dès le début de la semaine, a souligné le Dr Prud’homme.

J’aime simplement aider les gens et dans ce cas-ci, on a vu une place où on pouvait aider et on avait l’équipement dispo pour faire ça et on avait les habiletés, a relaté Mme Boudreau, qui souligne que les visières pourraient être distribuées à l'extérieur de la région si la demande est au rendez-vous.

Cette collaboration fructueuse est d’ailleurs l’un des quelques rayons de soleil qui ont pu percer les nuages assombrissants de la pandémie, croit le Dr Prud’homme. Ça va rapprocher le monde de l’ingénierie du monde de la santé.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Avec les informations d'Ismaël Sy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !