•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les garderies non subventionnées exclues du réseau d'urgence dès le 3 avril

Des enfants assis à des tables avec des éducatrices.

Des services de garde seront offerts uniquement aux travailleurs essentiels, comme les médecins, les infirmiers, les pompiers ou les policiers.

Photo : Shutterstock / Mike Dotta

Seuls les services de garde subventionnés continueront de soutenir le réseau d'urgence mis en place pendant la pandémie de coronavirus au Québec, forçant le déplacement de certains enfants. Le réseau demeure à l'usage exclusif des parents, dont le travail figure à la liste des emplois (Nouvelle fenêtre) essentiels.

Au début de la crise, le gouvernement du Québec avait demandé à tous les services de garde de rester ouverts, à l'exception des garderies en milieu familial non régies, afin d'accueillir les enfants du personnel du réseau de la santé, notamment.

Deux semaines après avoir mis en place ce réseau d'urgence, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, ajuste le tir.

Dès le 3 avril, les garderies non subventionnées devront fermer. Les garderies en milieu familial régies pourront continuer d'accueillir les enfants des travailleurs essentiels.

Ce sont donc principalement les centres de la petite enfance (CPE) et les garderies subventionnées qui continueront d'assurer le service d'urgence, lequel demeure sans frais pour les parents.

COVID-19 : tout sur la pandémie

Consulter le dossier complet

Une représentation du coronavirus.

Pour ceux dont le service de garde doit fermer le 3 avril, le gouvernement les invite à consulter un outil de localisation en ligne. Ils peuvent également composer le 1 855 336-8568.

Mathieu Lacombe en entrevue avec les journaliste

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a ajusté le tir et précisé que les garderies non subventionnées devront fermer dès le 3 avril.

Photo : Radio-Canada

Aide financière

Les garderies non subventionnées auront droit à un coup de pouce du gouvernement pour assumer leurs frais pendant la fermeture, prévue pour l'instant jusqu'au 1er mai.

Elles recevront exceptionnellement une aide financière pour payer leurs frais fixes et les aider à traverser la crise, a annoncé le ministre Lacombe, mettant ainsi fin à une incertitude qui planait chez les propriétaires de telles installations.

Certaines garderies privées avaient en effet chargé les frais du mois d'avril à des parents, ne sachant pas si le gouvernement continuerait de les financer pour maintenir le réseau d'urgence, comme ce fut le cas lors des deux dernières semaines.

Il reviendra aux employeurs de décider s'ils paient eux-mêmes les éducatrices qui n'auront plus d'enfants à leur charge ou de les adresser à un programme d’aide financière.

À lire aussi :

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.