•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’aide pour les personnes itinérantes s’organise à Montréal

Un homme seul marche dans une rue de Montréal.

Montréal ouvrira un total de cinq sites pour les personnes itinérantes au cours des prochains jours.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

Dans la foulée de la déclaration de l’état d’urgence sanitaire à Montréal, deux sites ont déjà commencé samedi à accueillir des personnes en situation d’itinérance dans la métropole.

Il s’agit de la place Émilie-Gamelin, près de la station de métro Berri-UQAM, et du square Cabot, à l’intersection de la rue Sainte-Catherine Ouest et de l’avenue Atwater, dans le centre-ville.

Au square Cabot, la Ville a déjà dressé des tentes et installé des blocs sanitaires. Elle a aussi fait appel à plusieurs organismes afin d’organiser l’aide le plus rapidement possible, dont la Croix-Rouge canadienne et le centre de jour Résilience Montréal, qui a pignon sur rue tout près du square.

Avec le virus qui court présentement, dans le bâtiment où on se trouvait, la distanciation physique ne pouvait tout simplement pas être respectée, alors on a décidé de sortir de la boîte et du confort pour pouvoir continuer à servir la clientèle.

Joyce, Résilience Montréal

Avec les bénévoles de la Croix-Rouge, le personnel de Résilience Montréal distribue de la nourriture, dont des repas chauds, en fonction de ce que les banques alimentaires peuvent fournir.

Le défi est triple : protéger les sans-abri en leur fournissant nourriture et installations sanitaires, limiter la progression de la COVID-19 au sein de cette population, tout cela en respectant les mesures de distanciation physique imposées à tous.

On a six bénévoles qui sont sur place et on a également une personne de l’agence de santé mondiale de la Croix-Rouge canadienne qui est là justement pour nous indiquer les bonnes pratiques à adopter, a indiqué Carl Boisvert, porte-parole de la Croix-Rouge canadienne.

Le mandat qu’on a eu, c’est d’être présent ici aujourd’hui, samedi, et demain, dimanche, et par la suite, il va y avoir une réévaluation, a-t-il fait savoir.

La Ville prévoit d'ouvrir un total de cinq sites pour les personnes en situation d’itinérance au cours des prochains jours.

La Ville prévoit de hausser le ton

Vendredi, la mairesse de Montréal a déclaré l’état d’urgence sanitaire, à la demande de la Direction générale de santé publique, afin de s’arroger des « pouvoirs exceptionnels » pour faire face à la crise du coronavirus.

J’ai déclaré l’état d’urgence parce que nos ressources en itinérance ont besoin de renfort, et elles en ont besoin maintenant, a déclaré la mairesse Plante vendredi.

L’état d’urgence sanitaire lui permet de facto de réquisitionner des locaux pour offrir certains services et de contrôler la circulation, donc les déplacements des citoyens.

Les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pourraient aussi être appelés en renfort et donner des contraventions si des commerces demeurent ouverts ou des citoyens ne respectent pas les mesures de distanciation sociale.

De son côté, la directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, a admis que la Ville allait hausser le ton envers les contrevenants. Selon elle, ces mesures seront progressives, mais elle a tout de même ouvert la porte à certaines limitations visant les déplacements des citoyens.

Selon des informations obtenues vendredi par Radio-Canada, la Sécurité publique du Québec est déjà en train de préparer le terrain pour imposer de tels contrôles sur le territoire de la métropole.

Avec les informations de Yasmine Khayat

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Pauvreté