•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sculpteur de pierre, de Mathieu Blais

Portrait en noir et blanc, extérieur, de l'auteur Mathieu Blais. L'homme porte une barbe fournie et un chapeau. Il regarde la caméra, le front plissé.

Mathieu Blais

Photo : M.-C. P.

Radio-Canada

Mathieu Blais fait partie des 22 auteurs et autrices en lice pour le Prix de la nouvelle Radio-Canada 2020.

Qui suis-je?

J’habite le Vieux-Longueuil avec ma conjointe et mes deux enfants. Je suis romancier et poète, titulaire d'un doctorat en études littéraires, et j’enseigne la littérature au Cégep Édouard-Montpetit. À l'automne 2019, j’ai fait paraître Sudan et Najin et Fatu aux Éditions de l'Hexagone. À l’automne 2020, je ferai paraître Les choses réelles,  un recueil de nouvelles et de poésie aux Éditions VLB. Ce sera mon douzième titre publié.

Ma nouvelle en quelques mots

La nouvelle Le sculpteur de pierre propose une réflexion sur la création et le territoire.

Ma source d’inspiration pour ce texte

La nouvelle a été écrire à la suite d’une expédition en solitaire au Nunavik. Elle fait partie d’une série de nouvelles et de contes qui cherchent à rendre compte du rapport entre l’humain, le territoire et l’infinie création qui en émane.

Les premières lignes de ma nouvelle

Le sculpteur avait une cabane que son frère et lui avaient construite. Il l’utilisait comme atelier. Elle était située sur une Île qui n’avait pas de nom et pour laquelle il ne voulait pas en donner. Le sculpteur disait, je ne nommerai pas la création du monde. Le sculpteur disait encore, l’Île n’a pas besoin de se dire autrement, sa beauté suffit. Il agissait de la même manière avec ses sculptures, les laissant sans titre, sauf parfois pour les affubler de noms qui répétaient en écho leur évidence. « Le chasseur », pour une sculpture de chasseur. « L’ours », pour une sculpture d’ours. Et ainsi de suite.

Extrait de Le sculpteur de pierre, de Mathieu Blais

Véritable tremplin pour les écrivaines et les écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada (Nouvelle fenêtre) sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs poèmes, nouvelles et récits inédits soumis au concours.

La gagnante ou le gagnant remportera :

  • la publication de son texte sur Radio-Canada.ca;
  • une résidence d'écriture de deux semaines au Banff Centre des arts et de la créativité en Alberta; 
  • une bourse de 6000 $, offerte par le Conseil des arts du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !